Plus d’une année après leur licenciement : la direction générale de CDV-Mali refuse de délivrer le certificat de travail de ses anciens employés

Plus d’une année après leur licenciement, la direction générale du Centre pour le développement des vaccins (CVD-Mali) refuse de délivrer le certificat de travail à ses ex-employés. Cela après de nombreuses tentatives infructueuses. Ce qui est manifestement une violation des dispositions du code du travail.

« La direction générale du Centre pour le développement des vaccins (CVD-Mali) n’a jamais refusé de délivrer le certificat de travail des employés licenciés qui est un droit en République du Mali pour toute personne ayant travaillé dans une structure ». Ces propos sont de Cheick Oumar Bagayoko, assistant du directeur général du CVD, tenus dans les colonnes du journal Le Wagadu, le 16 novembre 2022.

Il avait affirmé que la direction générale de CVD-Mali va établir les documents et les envoyer par courrier à leur conseil qui se chargera de les distribuer. Un mois plus tard, les anciens employés attendent toujours la délivrance de leur certificat de travail par la direction générale de CVD-Mali. Cette affaire de délivrance de certificat de travail traîne depuis mai 2021 où la direction générale de CVD-Mali a procédé au licenciement de 118 personnes pour « motif économique ».

Dans la lettre de licenciement, il était clairement mentionné que les employés ont droit à un certificat de travail. Un engagement que la direction de CDV-Mali n’a jusqu’ici pas honoré. Ce qui est manifestement une violation des dispositions du code du travail et de tous les textes en la matière au Mali qui donnent droit à toute personne ayant travaillé dans une structure d’avoir un certificat de travail, comme l’a rappelé du reste Cheick Oumar Bagayoko, assistant du directeur général du CVD.

Alors, pourquoi la direction générale de CVD-Mali refuse de se conformer à la loi ? Est-elle au-dessus des lois ? Ce sont là des questions que se posent les anciens employés. Car il faut dire que la non-délivrance de leur certificat de travail leur porte préjudice puisque certains attendent le précieux document pour être régularisés dans leur nouveau travail.

Par ailleurs, l’information distillée par la direction générale du CVD selon laquelle elle a payé l’intégralité des droits des travailleurs licenciés n’est pas tout à fait juste. « Une partie (des travailleurs) a bien perçu ses droits de licenciement mais la grande majorité qui a décidé d’intenter un procès en justice contre la direction générale de CVD-Mali n’a pas encore reçu ses droits », assurent plusieurs anciens employés du CVD. Alors, il serait exagéré d’affirmer que tous les employés licenciés ont reçu leurs droits, nous a-t-on dit. Cela relève même du mensonge, tranche un ancien employé.

Contacté, Cheick Oumar Bagayoko, assistant du directeur général du CVD, a indiqué que la direction générale de CVD-Mali a bien établi lesdits documents et les a envoyés au conseil de la direction depuis le 28 novembre. C’est à celui-ci de transmettre les certificats de travail à l’avocat des employés licenciés à travers un bordereau d’envoi, a-t-il expliqué. Cheick Oumar Bagayoko a avoué ne pas connaître pour lesquelles les anciens employés n’ont pas reçu le précieux document.

En tout état de cause, les travailleurs licenciés de CVD-Mali attendent toujours leurs certificats de travail.

Abdrahamane SISSOKO

You May Also Like

More From Author

+ There are no comments

Add yours