Paiement de la subvention des écoles privées : L’AEPAM et le MEN à couteaux tirés

L’Association des établissements privés agrée du Mali (AEPAM), dans un communiqué datant du 26 octobre dernier,  dément l’information du secrétaire général du ministère de l’éducation nationale qui faisait état du paiement total des subventions. Selon les dernières informations, un problème de pièces justificatives serait à l’origine de ce différend entre l’AEPAM et le département des Finances et de l’Economie.

Suite au passage du secrétaire général du ministère de l’Education nationale sur le plateau du journal télévisé de l’ORTM du jeudi 25 Octobre 2018, affirmant que les établissements secondaires de l’intérieur et ceux de Bamako Rive Droite sont payés totalement, la réaction des acteurs ne se fait pas attendre. L’Association des établissements privés agrée du Mali (AEPAM), dans un communiqué datant du 26 octobre,  dément catégoriquement cette information.

Depuis la reprise des cours, certains établissements attendent toujours le paiement des subventions. A leur grande surprise surtout de l’Association des établissements privés agrée du Mali (AEPAM), a appris dans une déclaration du secrétaire général du ministère de l’Education nationale dans  le journal de 20h de la chaîne nationale affirmant que l’ensemble des subventions ont été payées.   Coup de tonnerre ! Une déclaration que rejette le bureau de l’AEPAM : “Les établissements restent encore impayés dans les académies de Kayes, Sikasso, Koutiala, Bougouni, Koulikoro, Kati, Mopti. À Bamako: Aucun établissement de Bamako Rive Droite n’a perçu la demi-bourse. Sur 263 établissements, 170 ont perçu les frais scolaires. Quant à la Rive Gauche, seuls 57 établissements, sur 203 ont perçu les frais scolaires, la demi-bourse reste entièrement impayée à la Rive Gauche depuis l’annulation des paiements intervenus début août 2018”.

Selon des informations émanant  des sources proches du département de l’éducation, la problématique de paiement de certains promoteurs serait liée à un problème de pièces justificatives des prestations. Ici, on met en avant une simple moralisation des dépenses de la part du ministère des Finances et de l’Economie et non un problème de trésorerie. Il nous est revenu que certains ténors du mouvement à Bamako n’arrivent pas à apporter des justificatifs de leurs prestations. Et c’est sur la base du paiement des écoles en conformité que le secrétaire général du ministère serait amené a déclaré que toutes les subventions ont été payées.

Depuis le 1er octobre 2018, les élèves de certaines écoles privées bénéficiant les subventions de l’Etat n’ont pas repris les cours. Une situation, ajoutée à l’orientation des lauréats du DEF, a provoqué la semaine dernière des débrayages de la part de l’AEEM sur toute l’étendue du territoire. Avec ce démenti de l’AEPAM, la situation s’est s’aggravée avec le débrayage qui a repris hier lundi.

O.D.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment