Etats-Unis: Paul Manafort condamné à 47 mois de prison dans son premier procès

L’ex-directeur de campagne de Donald Trump était jugé pour fraude bancaire et fiscale. Le verdict est plutôt clément : la peine est bien inférieure aux réquisitions du procureur. Cette affaire avait été débusquée par le procureur spécial qui enquête sur les ingérences russes dans la campagne. Robert Mueller avait transmis le dossier au juge qui vient de statuer.

Paul Manafort, qui comparaissait en chaise roulante, a demandé l’indulgence du juge et il l’a obtenue. La peine à laquelle il est condamné est cinq fois moins longue que le minimum requis par le ministère américain de la Justice. Avant de prononcer son verdict, le juge a estimé que les 19 à 24 ans recommandés étaient excessifs. Compte tenu des neuf mois qu’il a déjà passé en préventive, il lui reste donc tout juste trois ans à purger.

« Dire que je me sens humilié et honteux serait un euphémisme grossier » a pour sa part déclaré l’ancien directeur de campagne du président avant d’entendre sa condamnation. A la sortie du tribunal, son avocat a déclaré : « il n’y a absolument aucune preuve que Paul Manafort était impliqué dans aucune sorte de collusion avec aucun responsable du gouvernement russe. »

Une curieuse remarque car ce n’est pas à ce sujet que l’ancien directeur de campagne du président était jugé. Dans cette affaire, Paul Manafort était jugé pour avoir dissimulé 55 millions de dollars au fisc sur une trentaine de comptes à l’étranger et pour avoir trompé des banques afin d’obtenir des prêts.

L’ancien directeur de campagne n’en a pas fini avec la justice. Il attend un autre verdict la semaine prochaine. Il sera cette fois jugé pour avoir dissimulé ses activités de conseil auprès de l’ancien président ukrainien, soutenu par la Russie. Dans cette deuxième affaire, Paul Manafort a accepté de plaider coupable et de coopérer avec la justice.

Mais il a continué de mentir aux enquêteurs, ce qui risque d’alourdir sa peine qui pourrait être cumulée avec celle dont il vient d’écoper. Quoi qu’il en soit, le verdict de ce jeudi est une défaite pour le procureur Mueller. Il avait écrit au juge pour lui dire que l’ancien directeur de campagne du président ne méritait aucune clémence, et qu’il présentait un risque de récidive.

L’indulgence du juge de Virginie a aussitôt suscité des réactions indignées chez les démocrates. « La clémence de ce verdict est une défaite pour la justice. Il a été jugé coupable de crimes très sérieux : fraude fiscale et fraude bancaire et les 19 à 24 ans requis montrent qu’il s’agit de crimes graves », a ainsi déclaré Richard Blumenthal membre de la commission judiciaire du Sénat.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment