Phénomène de la Désinformation dans le paysage médiatique mondial: Le Gouvernement américain engage la réflexion

La lutte contre la désinformation pour garantir l’accès à la bonne information est aujourd’hui l’une des priorités du Gouvernement américain à travers le monde. C’est dans ce contexte qu’en novembre-décembre 2018, le prestigieux Programme des Visiteurs Internationaux pour le Leadership (IVLP), le programme d’élite du Département d’État Américain a dédié son ”Programme Edward R. Murrow” à la thématique : «  La Responsabilité des média à l’ère de la Désinformation ». L’occasion pour le Département d’Etat américain à travers sa division des Affaires Pédagogiques et Culturelles, de rassembler, aux Etats Unis, les acteurs du 4ème pouvoir du monde entier atour de la réflexion sur ce qui convient aujourd’hui de lutter contre la désinformation dans l’espace médiatique mondial.

Cette étape qui est le coup d’envoi d’une série de programmes sur le sujet, à en croire les organisateurs, a regroupé  48 journalistes d’expression anglaise de 48 différentes nationalités issues de tous les continents. Grace à l’engagement et à la perspicacité de l’Ambassade des Etats Unis à Bamako, le Mali était bien de ces 48 nationalités à travers votre fidèle serviteur Daniel KOURIBA pour participer, dans la langue de Shakespeare, à ce prestigieux programme dont la finalité est de promouvoir l’accès à la bonne information. Les lampions de cette édition se sont éteints donc le 15 décembre dernier dans l’Etat de Floride après trois semaines d’activités intenses à Washington DC et dans d’autres Etats américains. Ce programme a été entièrement financé grâce aux taxes du contribuable américain. Aussi, des bénévoles et des institutions à but non lucratif comme FHI 360, Pittsburgh Globalties, CIR Santa Fe, et bien d’autres, ont mobilisé de  leurs moyens matériels, humains et financiers pour la mise en œuvre du programme et structuré les différentes étapes du voyage à l’intérieur des Etats Unis.

Une importante session de partage d’expériences, une vision commune sur la nécessité de combattre la désinformation

Ce programme a  permis aux participants venus d’horizons divers de bénéficier de plusieurs séances de formation et d’échanges sur les pratiques du métier et ses enjeux tout en découvrant les Etats Unis d’Amérique. Ils ont pu passer des moments inoubliables non seulement entre participants (Africains, Arabes, Sud-américains, Asiatiques, Européens), mais aussi avec experts et public américain, et découvrir  les Etats Unis à travers ses médias, ses expériences en matière journalistique et sa riche culture.Sans complaisance aucune, les participants ont bien constaté sur le terrain l’impact du programme IVLP ce, à travers des nombreuses activités riches et variées dans de nombreux aspects institutionnels et pratiques américains dans les domaines social, économique, politique, culturel et éducatif, aussi bien au niveau fédéral qu’au niveau local des Etats. Il a été l’opportunité pour les IV d’avoir d’importants entretiens avec des homologues américains, acteurs publics et privés.

En effet,  après l’étape de Washington, du 24 au 29 novembre, les participants ont été répartis en huit équipes différentes. Le groupe où le Mali était classé s’était rendu successivement à Pittsburgh dans l’Etat de la Pennsylvanie, à Santa Fe, dans le Nouveau-Mexique avant de terminer en beauté avec les autres groupes à Tampa/ST Petersburg en Floride. De prime abord, les échanges ont particulièrement permis aux participants et experts de se faire une idée sur l’état des média  dans chaque contrée et les défis communs et de permettre aux participants de collaborer en vue de la résolution de ces défis.

A Washington DC, avant même la session d’ouverture du lundi 26 novembre, le  dimanche 25 novembre 2018 a été consacré à une visite guidée de la capitale D.C. Ce qui a conduit les participants successivement à la Maison Blanche, à Willard InterContinentalHotel, au Capitol, siège du Congrès et au musée. A la session d’ouverture du lundi 26 novembre, un briefing de taille aura lieu dans les locaux de FHI 360 Global Connections avec les responsables de cette structure  et les responsables de la division IVLP du Bureau des affaires culturelles et éducatives du Secrétariat d’Etat Américain. Cette rencontre a été aussi l’occasion d’avoir un aperçu sur le système du gouvernement fédéral et local des USA ainsi que de son système politique. Cette séance était suivie d’une série de discussions importantes animées par des experts portant sur  des thématiques comme l’ère de la Désinformation, le rôle du journalisme dans la démocratie américaine, l’engagement des consommateurs et des producteurs des media pour contrer la Désinformation, l’impact des réseaux sociaux, entre autres. Des conseils pratiques ont été beaucoup prodigués dans l’exercice de la profession face au phénomène de la désinformation qui occupe une place centrale dans l’agenda politique à travers le monde.

L’une des rencontres majeures à Washington a été celle effectuée au Département d’Etat américain. Après une  rencontre avec  la conseillère senior au Bureau des Affaires culturelles et éducatives, Mme Rick Ruth et d’autres responsables, ce fut le tour  des rencontres régionales. En ce qui concerne les participants africains, ils ont eu des tête-à-tête avec les responsables du Bureau des Affaires Africaines du Département d’Etat. Là, des discussions sans tabou sur les défis réels du continent ont pu avoir lieu avec la dizaine d’IV dont le Mali.

A Pittsburgh dans l’Etat de la Pennsylvanie l’on a pu s’épanouir dans l’interaction avec la société américaine.  Le groupe a eu des entretiens avec des professionnels américains, visité des écoles américaines et gouté à la vie culturelle et sociale américaine. Des séances de travail auront lieu successivement au Pittsburgh Taylor Allderdice High School, le corps professoral et les élèves réunis, à la station KDK-TV, au journal Pittsburgh Post Gazette, à la radio publique de la ville, la WESA émettant sur 90.5, une radio indépendante qui traite des sujets de société et donne la voix à des idées provocatrices. Aussi, l’impressionnante découverte  de l’existence du modèle de rédactions  à but non lucratives (PublicSource), leurs défis et leurs impacts sur la vie des communautés. Les participants ont  également pu échanger sur leur propre culture et l’expérience de leur pays d’origine.

A Santa Fe (SF), dans le New Mexico les participants ont été conviés à trois jours de symposium de haut niveau sur la thématique «’’Journalism Under Fire’’. Organisé par le  Conseil de SF pour les Relations Internationales (CIR) en collaboration avec le Comité pour la Protection des Journalistes, ce symposium a été une opportunité majeure pour examiner les rapports essentiels entre le journalisme et la démocratie.   Ce fut un évènement grand public qui a regroupé  des professionnels des médias, professeurs de journalisme aux Etats Unis, journalistes professionnels servant dans les médias américains, des étudiants des écoles et instituts de journalisme du pays et une forte communauté de retraités dont l’apport a été inestimable. Pendant trois jours d’échanges journalistes d’horizon divers, experts et communauté de base ont pu explorer le rôle crucial de la liberté de la presse, aux Etats Unis comme ailleurs (par des conférences, des panels et des  discussions régionales. L’objectif visé était de permettre à chaque participant de sortir avec une nouvelle implication dans la préservation et la protection du journalisme dans la construction de toute société ouverte.  A travers des témoignages émouvant, les questions de liberté de presse, les Fake News, de la persécution et  de l’exil des journalistes dans le monde, mais aussi les défis auxquels  font face les journalistes liés à la désinformation et aux méfaits des réseaux sociaux ont été mis en exergue.

Le Conseil de SF pour les Relations Internationales (CIR)  à travers son Président, M. Chuck Case s’est beaucoup réjoui de la  tenue de ce grand rassemblement des professionnels des médias, selon lui, premier du genre. Après les trois jours du symposium, l’étape de Santa Fe a été également marquée par des visites dans les locaux du quotidien le Santa Fe New Mexican, le quotidien Albuquerque Journal, l’hebdomadaire le Rio Grande Sun. Les visites sur les sites archéologiques des amérindiens ( leNorthern Pueblos classés patrimoine mondial), et le Santa Fe musuem ont bouclé la boucle de cette étape du Nouveau Mexique.

Après Santa Fe, la dernière étape a été celle de Tampa/St Petersburgh en Floride où les participants ont été rejoints par les responsables du programme pour la cérémonie de clôture. Cette session de clôture était également précédée par  des ateliers pas des moindres. Sur place, des rencontres à la dimension de cours magistraux ont eu lieu sur les fact-checkings, notamment à Poynter institut, et à Nielsen Global technology and Innovation Center (compagnie d’assistance aux médias, aux pubs et aux consommations de biens, où les participants ont eu également droit à des conférences avec les responsables du Commandement des Opérations Spéciales du Pentagon. Le colonel Victor G Garcia jr. Et le capitaine Jason Salata ont longuement entretenu les journalistes sur les impacts de du phénomène de la désinformation, en matière de Défense.

Programme tiré du nom d’un des icônes du journalisme américain

Rappelons que ce programme tient son nom du journaliste américain Edward R. Murrow, qui s’est illustré comme un excellent correspondant de guerre de 1939-1945 avant de terminer sa carrière au Département d’Etat américain.  Né le 25 avril 1908 et décédé le 27 avril 1965 il est connu pour son honnêteté et son intégrité dans le travail, les historiens traditionnels le considèrent comme l’une des plus grandes figures du journalisme. Pionnier de la diffusion du journal à la télévision, ses émissions d’information  radiophoniques pendant la Seconde  Guerre Mondiale ont été suivies par des millions d’auditeurs aux USA et au-delà. Le Gouvernement américain a dédié un volet du programme IVLP à son nom et invite chaque année de nombreux journalistes à travers le monde pour examiner le rôle essentiel d’une presse libre, indépendante et crédible.

Daniel KOURIBA, invité spécial aux Etats Unis

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment