0 3 minutes 4 mois
Claude Le Roy fustige Gianni Infantino, qui, selon lui, a “tout fait pour que la CAN ne se fasse pas sur le continent africain”. L’ancien sélectionneur du Sénégal estime par ailleurs que les Lions souffrent d’un blocage psychologique dans la compétition.

Alors que se déroule actuellement la Coupe d’Afrique des nations (CAN), Claude Le Roy a accordé un entretien à France 24. En quarante ans, il a dirigé six sélections africaines et disputé neuf phases finales de Coupe d’Afrique des Nations, remportant celle de 1988 avec le Cameroun. Un parcours qu’il raconte dans le livre “Le Sorcier blond”. Il fustige le président de la Fifa, Gianni Infantino, qui, selon lui, a “tout fait pour que la CAN ne se fasse pas sur le continent africain”.

Pour Claude Le Roy, Gianni Infantino “ne parle que de fric et jamais de foot”. L’ancien sélectionneur, qui a tenté en vain de se qualifier avec le Togo pour cette édition de la CAN, assure que le président de la Fifa pense pouvoir jouer sur la cupidité des dirigeants africains. Claude Le Roy se félicite que les Africains aient résisté aux pressions et aient réussi à organiser la CAN.

Le “blocage psychologique” du Sénégal

Concernant la compétition en cours, notre invité affirme que le Cameroun est bien rentré dans la compétition mais qu’il est difficile de gagner la CAN à domicile. Quant au Sénégal, un des favoris, Claude Le Roy assure qu’il aurait dû gagner la CAN en 1990 ou 1992, quand il en était le sélectionneur. Il estime que le Sénégal possédait alors “le meilleur effectif”. Le Sénégal n’a toujours pas remporté ce tournoi africain et il existe, selon Claude Le Roy, “un blocage psychologique” chez les Lions de la Teranga qui disposent pourtant d’un “effectif assez extraordinaire” pour cette compétition.

Samuel Eto’o au service du football africain

Claude Le Roy raconte son recrutement à la tête du Cameroun en 1985 puis par le président Joseph Kabila lui-même comme sélectionneur de la RD Congo. Le sélectionneur de 73 ans voit comme “une chance formidable” le fait que l’ex-star Samuel Eto’o occupe la présidence de la Fédération camerounaise de football, ajoutant que lui “ne calculera pas le nombre de villas qu’il pourra se faire construire pendant sa mandature” et sera focalisé sur le développement du football au Cameroun et plus généralement sur le continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.