0 2 minutes 3 semaines

Le Kényan Abdi Hussein Ahmed, alias Abu Khadi, 59 ans, a été extradé samedi 3 septembre vers les États-Unis, selon la Direction des enquêtes criminelles du Kenya. Abu Khadi est accusé d’être impliqué dans un trafic transnational d’espèces sauvages et de drogues.

C’est une affaire qui dépasse les frontières kényanes. D’après la Direction des enquêtes criminelles du Kenya, Abu Khadi et ses complices sont impliqués dans un complot visant à acquérir puis vendre au moins 190 kilos de cornes de rhinocéros et 10 tonnes de cornes d’éléphants en ivoire, deux espèces protégées, pour une valeur de plus de 7 millions de dollars.

Le trafic couvre la période de 2012-2019 et implique le braconnage illégal de plus de 35 rhinocéros et 100 éléphants, dans différents pays de la région : le Kenya, l’Ouganda, la République démocratique du Congo (RDC) ou encore la Tanzanie. La Direction des enquêtes criminelles du Kenya précise que les acheteurs se trouvaient aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est.

Arrêté dans le centre du pays

L’arrestation d’Abu Khadi remonte au 3 aout lors d’un raid mené tôt le matin à Maua, dans le comté de Meru, dans le centre du Kenya. Le suspect a pu être localisé grâce à une ligne téléphonique anonyme, ouverte par cette même Direction des enquêtes criminelles. Le Département d’État américain indique que le suspect était en fuite depuis juin 2019. Washington promettait jusqu’à 1 million de dollars à quiconque permettrait de retrouver ou de condamner Abu Khadi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.