0 6 minutes 2 mois
0 0
Read Time:4 Minute, 12 Second

Et maintenant? Après l’inculpation officielle et ultra-médiatisée de Donald Trump, la course à la Maison Blanche en 2024 apparaît plus incertaine que jamais, tout comme le calendrier judiciaire chargé de l’ancien président.

Cela alors que l’autre grand prétendant, le président démocrate Joe Biden, prend tout son temps pour annoncer officiellement une candidature qui semble inévitable.

Devant un juge à New York, Donald Trump , premier ex-président américain à se trouver dans cette position d’inculpé, a plaidé non coupable de falsification de documents concernant des paiements en vue d’étouffer des affaires embarrassantes pour lui avant la présidentielle de 2016.

Reste maintenant à savoir si cette affaire — une parmi tant d’autres qui concernent le milliardaire — ira jusqu’à un procès.

Le calendrier est crucial pour celui qui espère bien décrocher l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre 2024.

La justice évoque une prochaine comparution en fin d’année et un procès en janvier 2024 — juste avant les primaires — mais les avocats de l’ancien président ne l’entendent pas de cette oreille.

“Nous n’irons pas devant un jury… Cette affaire va s’écrouler de son propre fait, en raison de difficultés légales, bien avant” cela, a affirmé l’un d’eux, Joe Tacopina, sur NBC mercredi, parlant d’une affaire “zombie”.

En attendant, Donald Trump, laissé libre, peut faire campagne à loisir, à condition toutefois de “s’abstenir de commentaires susceptibles d’inciter à la violence” à propos de son affaire, l’a averti mardi le juge Juan Merchan, qui n’est néanmoins pas allé jusqu’à imposer un “gag order”, une interdiction absolue d’évoquer la procédure en public.

Mais la retenue n’est pas le fort de Donald Trump, qui a dénoncé mercredi matin sur sa plateforme Truth Social, en majuscules comme il en a coutume, une supposée “instrumentalisation” de la justice par les démocrates, accusés par l’ex-président d’”ingérence électorale”.

Dès mardi soir, il avait tenté d’utiliser à son avantage l’attention médiatique inouïe autour de son inculpation.

L’ancien président, qui est apparu sombre et tendu tout au long de la journée, a qualifié d’”insulte à la nation” sa mise en accusation, détaillée dans 34 chefs d’inculpation, depuis Mar-a-Lago, sa luxueuse résidence de Floride.

Il a estimé que le procureur chargé de son dossier devrait lui-même “être poursuivi”, avant de s’en prendre au juge et à sa famille: “J’ai un juge qui déteste Trump, dont la femme et la famille détestent Trump.”

L’ancien magnat a livré un discours provocateur sur le fond, mais décousu et parfois monocorde, devant des militants arborant des casquettes rouges et autres accessoires classiques de ses meetings.

– Justiciable –
Après un trajet que Donald Trump a voulu aussi présidentiel que possible — avion privé flanqué de son nom, convoi sous très haute sécurité dans les rues de New York –, il a été rattrapé par sa situation de simple justiciable lors des deux heures passées dans un palais de justice dans le sud de Manhattan.

L’ancien président a dû: décliner son nom, âge et profession, effectuer un relevé d’empreintes digitales. En revanche, il a échappé à l’humiliante prise de la photo d’identité judiciaire.

Le milliardaire assure être victime d’une “chasse aux sorcières” orchestrée par les démocrates du président Joe Biden, qui lui aurait “volé” sa victoire à la présidentielle de 2020.

De son côté, le démocrate a fait savoir que cette comparution n’était “pas une priorité” pour lui, selon la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

Donald Trump est accusé d’avoir falsifié des documents concernant une série de paiements visant à étouffer trois affaires embarrassantes avant l’élection de novembre 2016.

Notamment 130.000 dollars pour obtenir le silence d’une star de films pornographiques, Stormy Daniels, avec laquelle il aurait eu en 2006 une liaison extraconjugale — ce que le principal intéressé nie fermement.

Donald Trump n’a “cessé de mentir”, a tonné le procureur de Manhattan Alvin Bragg, élu affilié au parti démocrate, en dénonçant une “conduite délictuelle grave”.

Le président Joe Biden, lui, a choisi de se tenir en retrait, refusant de commenter les ennuis judiciaires de son possible rival en 2024.

Le démocrate de 80 ans déroule depuis lundi son programme dans une indifférence presque complète.

Il espère néanmoins qu’à long terme, le contraste jouera en sa faveur, alors que Donald Trump n’en est sans doute qu’au début de ses comparutions et procédures judiciaires — l’ancien président est l’objet d’enquêtes pour une tentative de détourner le scrutin présidentiel en Géorgie, pour son rôle présumé dans l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021, et dans une affaire de documents confidentiels retrouvés à Mar-a-Lago.

La frénésie médiatique mardi autour de l’ancien président a en tous cas occulté une incontestable victoire diplomatique de Joe Biden, et une annonce lourde de conséquences pour la marche du monde: c’est presque dans l’indifférence que la Finlande a officiellement rejoint l’Otan.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *