Today: samedi, juillet 13 2024

Sébastien Philippe : « le livre vise à faire connaître les artistes et les mettre en relation avec les futurs collectionneurs »

Estimated read time 6 min read

Sébastien Philippe, architecte et écrivain, est un Franco-malien installé à Bamako depuis 2001. Amateur et collectionneur d’arts, il est tombé amoureux du savoir-faire des artistes maliens du domaine. Au point de leur dédié un livre de 246 pages intitulé « Figures des arts plastiques du Mali ». Entretien avec l’auteur.

Vous avez un parcours assez atypique, comment d’architecte, vous vous êtes retrouvé dans la littérature ?

Oui effectivement, je suis architecte de profession. J’ai eu mon diplôme d’architecte en 2001 et quelques mois après je suis venu m’installer à Bamako. J’y ai créé ma société d’architecture. En réalité, avant de découvrir le Mali, je me suis toujours intéressé à l’histoire et mon premier projet était d’être un architecte des bâtiments historiques en France et finalement, j’ai découvert le Mali.

Aussitôt arrivé, je me suis intéressé à l’histoire du Mali et surtout à celle de Bamako où je devais m’installer et vivre. J’ai commencé à me poser des questions sur l’histoire et les origines de la ville. J’ai fait des recherches car j’ai toujours rêvé de faire des recherches en archives et ce sont ces recherches qui ont abouti à l’écriture de mon premier livre en 2009 sur l’histoire de la ville de Bamako « une histoire de Bamako ».

C’est comme ça que je me suis retrouvé dans l’écriture par hasard car au début, je voulais juste écrire une petite brochure pour mes amis et finalement j’ai rencontré un couple d’éditeurs grâce auquel j’ai pu publier le livre de Bamako. Juste après, je me suis pris de passion pour l’écriture en faisant d’autres recherches qui ont donné lieu à d’autres livres.

Qu’est ce qui a motivé l’écriture de ce livre sur les Arts plastiques ?

Pour plusieurs raisons. Déjà parce que j’aime l’art et je suis un grand collectionneur. J’achète assez régulièrement des œuvres auprès d’artistes maliens et puis finalement ces artistes je les ai connus à travers le projet du palais de Koulouba, parce que j’étais l’architecte qui a reconstruit le palais entre 2014 et 2017 et à la fin du projet, j’ai proposé que dans au moins chaque pièce du palais présidentiel du Mali, il y ait au moins une œuvre d’art d’artistes maliens. C’est comme ça que j’ai approché des artistes maliens et même lancé un petit concours auprès des artistes maliens pour qu’ils puissent reproduire des œuvres sur le thème du palais dont l’œuvre lauréate a intégré la collection qui été exposée au palais. Voici donc comment je les ai rencontrés et j’ai sympathisé avec certains d’entre eux et je me suis intéressé à leur travail. Arrivé à un moment, c’est un des artistes, Noumouké Camara, qui m’a parlé de la possibilité de faire un livre. Et voilà comment l’idée du projet m’est venue. J’ai mis deux ans à le réaliser. J’ai répertorié 62 artistes dans ce livre.

Comment s’est passé le processus d’écriture ?

Ça n’a pas été évident. D’abord je voulais écrire le livre sous forme de magazine, comme des interviews. J’ai commencé à écrire les premiers portraits et puis j’ai commencé en disant « je », première personne du singulier. Finalement quand vous écrivez 62 artistes à la première personne, ça ne faisait pas trop naturel. Parce que certains s’exprimaient mieux que d’autres, je transcrivais les interviews et c’était assez monotone. Finalement, en un moment donné je me suis dit ce n’est pas ce qu’il faut que je fasse. J’ai tout repasser à la troisième personne du singulier.

Ainsi, c’est moi qui ai écrit ce que j’ai compris de leur parcours. Je parle et je présente les artistes à la troisième personne.

Selon vous, de quoi souffre cet art au Mali ?

Ce livre est fait avant tout pour aider les artistes maliens. Certains ont duré dans cet art pendant que d’autres sont à leur début. Ce livre vise donc à faire connaître les artistes et les mettre en relation avec les futurs collectionneurs, les galeries et les musées.  Qu’ils feuillettent le livre et aient un coup de cœur pour un artiste et puissent directement le contacter puisque j’ai placé les contacts directs des artistes dans le livre.

Au travers des rencontres et des questions, cela m’a permis de rentrer dans l’intimité de chaque artiste et de mieux connaître certains que je pensais connaître et finalement je me suis rendu compte que je n’en savais pas beaucoup sur leurs difficultés. Cela m’a permis un peu de voir quel était le statut de l’artiste au Mali, les difficultés qu’ils ont au niveau des moyens car certains déjà pour acheter de la peinture, il faut de l’argent et ce n’est pas évident. Au niveau de la société malienne aussi, parce que le statut d’artiste c’est particulier et pas qu’au Mali. Dans le monde entier quand votre enfant dit « je vais devenir peintre », les parents disent « j’aurai préféré que tu sois médecin ou autre chose… ». Certains artistes m’ont témoigné que « quand j’ai dit à mes parents que je vais être artiste, ils m’ont dit mais « t’es trop intelligent pour être artiste ». Voici plusieurs difficultés pour même des artistes qui sont aujourd’hui reconnus. C’était assez émouvant qu’ils m’expliquent leur parcours, leurs difficultés et les rejets des familles. Tous ces aspects sont reflétés dans leurs travaux. Finalement, tout ceci forge l’être humain et surtout l’artiste qui les exprime à travers différentes thématiques. Nous retrouvons dans leurs créations, ce qui les a marqués dans leur vie.

Au travers de vos rencontres, les artistes vivent-ils de leur art ?

C’est très difficile. Il faut dire ce qui est. Sauf si les artistes arrivent à émerger et se faire connaître à l’international. Il y a assez peu de collectionneurs au Mali et ceux qui achètent sont souvent des étrangers. Malgré tout, il y a quand même des Maliens collectionneurs, des gens qui s’intéressent à leur travail et qui achètent.  Mais le problème est aussi qu’il y a moins de communication autour de l’Art plastique. C’est quand même difficile pour les artistes de vivre de leur art ici. C’est une question longuement débattue entre le public et les artistes eux-mêmes. Cependant, c’est possible si les artistes y travaillent sérieusement.

Sur le même sujet

+ There are no comments

Add yours

UEMOA : légère baisse de l’inflation en 2023

Souffrances des populations de Kayes : Arrêt du train, la face émergée de l’iceberg