October 22, 2021
  • Banankabougou Commercial Immeuble Diabaly Transit 2ème étage A4
  • 223 71 46 83 66 / 223 79 50 87 13 / 221 77 443 98 69
  • redaction@malitribune.com
0 4 minutes 1 mois

Samuel Eto’o a annoncé sa candidature à la présidence de la Fédération camerounaise de football.

L’information était dans l’air depuis plusieurs semaines voire davantage, elle est devenue officielle ce mardi. Samuel Eto’o a décidé de se porter candidat à la présidence de la Fédération camerounaise de football. « Redonner au football camerounais sa grandeur » : tel est le slogan de l’ancienne gloire mondiale des Lions Indomptables.

Sans concession au sujet d’un football local jugé en décrépitude (« Le souhait de nos citoyens est que nous regardions au-delà de nos intérêts égoïstes afin de relancer nos championnats locaux en assurant leur régularité, leur attractivité et leur visibilité »), Samuel Eto’o n’exclut pas une part d’autocritique, relative à son soutien à l’actuel occupant des lieux, Seidou Mbombo Njoya.

Une promesse choc : ne pas toucher un centime

« Il y a trois ans, j’ai soutenu un projet qui, selon moi, semblait prometteur pour l’avenir de notre football, a admis l’ancien du Barça et de l’Inter. Faisant le bilan de ses réalisations, je n’ai aucun regret, même si les attentes n’ont pas été comblées. Cependant, il est important de tirer les leçons de cet échec afin d’amener un changement maîtrisé et bien géré. »

Désireux d’incarner cette voie/voix nouvelle, Samuel Eto’o assortit son annonce d’une promesse choc : « Je présente ma candidature avec l’engagement sans précédent de ne pas empocher un centime des indemnités prévues pour le poste de président de la Fédération. Ces fonds seront alloués au développement du football amateur. […] Je suis candidat à ce poste afin d’attirer des financements externes et de ne pas réduire les revenus déjà maigres avec des charges inutiles. »

La déclaration de candidature de Samuel Eto’o :

© Fournis par Football 365

© Fournis par Football 365

Et maintenant ? Samuel Eto’o n’est qu’au tout début d’un long processus électoral, supposé prendre fin le 11 décembre prochain lors de l’Assemblée générale fédérale de la Fécafoot. Le quadruple joueur africain de l’année doit d’abord être élu délégué départemental (celui de la Sanaga Maritime, en l’occurrence) à l’Assemblée générale de la Ligue du Littoral. S’il franchit ce vendredi cette première étape, rien ne s’opposera à la candidature de l’ancien pichichi.

Sinon peut-être d’autres candidats (quid du sortant, dont le TAS a invalidé l’élection, ou d’autres postulants restés dans l’ombre à ce stade ?), ou une application stricte de la loi camerounaise, qui interdit la double nationalité. Détenteur d’un passeport espagnol, Eto’o va en principe devoir solliciter sa réintégration en qualité de citoyen camerounais. Plongée dans l’instabilité depuis l’arrestation puis la condamnation de son ex-patron Iya Mohammed, la Fécafoot n’a peut-être pas fini de tanguer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Напишите нам