0 4 minutes 1 mois
Il y a du chemin à faire pour que la responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) devienne une culture promue au sein de toutes les entreprises, aussi modestes soient-elles. Au Sénégal, la responsabilité sociale et économique de l’entreprise est à ses débuts.  Elle concerne, pour le moment, que de grands groupes, avec des moyens relativement importants, qui disposent de politiques allant dans le sens d’impacter la vie des populations en matière d’éducation, de santé, de travail, etc.
L’avis est du ministre  du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions. Mansour Sy exprimait pendant la cérémonie  de lancement du ‘’Label RSE-CNP’’ ce mardi à Dakar.
L’entreprise occupe une place importante dans la société et impacte son environnement immédiat.  Ces structures sont souvent des cadres par excellence de création de richesses et d’emplois, mais elles se révèlent parfois source de nuisances et de pollutions.
Il s’agit donc de mettre l’accent sur des facteurs non financiers dont les entreprises, grandes ou petites, devraient tenir compte dans leur prise de décisions.
En effet,  le rôle de l’entreprise a fortement évolué. Elle ne poursuit plus uniquement un objectif mercantiliste, mais essaye d’impacter positivement la société, par le biais de la responsabilité sociétale d’entreprise. Il en résulte que les entreprises sont davantage conscientes d’être responsables des conséquences de leurs actions dans une mesure plus large que la simple sphère financière des pertes et profits.
«Il faut sortir l’employeur de l’enceinte formelle de l’entreprise, pour l’amener à prendre en considération les pratiques durables et une participation plus large à la vie de la collectivité. (Ce qui) implique qu’il se soit déjà acquitté des responsabilités classiques subséquentes à son statut d’employeur», a dit le ministre.
 
Pour en revenir au programme du Conseil national du patronat, le ministre souligne qu’en «initiant ce nouveau programme de labellisation, le Cnp entend jouer un rôle majeur dans la promotion et le développement des compétences en matière de Rse dans des domaines aussi variés que la formation, les emplois locaux, la sécurité et la santé au travail, etc.».
En effet, «en conférant aux entreprises citoyennes des avantages concurrentiels au regard de votre Charte Rse, en conformité avec les priorités nationales et les directives du Bureau international du travail (Bit), vous faites preuve d’une innovation majeure qui épouse parfaitement les contours de la politique du gouvernement qui entend tout mobiliser pour le développement et la promotion d’un milieu de travail sain et prospère», dit le ministre à l’entité. Et de conclure : «L’État va apporter sa contribution à la réalisation d’un tel programme qui va contribuer grandement à une implantation de la Rse au sein des entreprises sénégalaises et à une plus grande promotion du processus de labellisation des entreprises.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.