0 4 minutes 2 mois
Le chef d’État-major des forces armées nigérianes a annoncé ce jeudi, la mort du gouverneur de la Province de l’État Islamique en Afrique de l’Ouest (PEIAO). « Je peux affirmer avec autorité qu’Al Barnawi est mort », a déclaré le général Lucky Irabor. Le patron de l’armée nigériane n’a cependant donné aucun détail sur cette mort supposée d’Abou Musab al Barnawi. Ce qui peut remettre en question l’authenticité du décès de Habib Yusuf, de son vrai nom.

Les rumeurs sur son décès ont commencé à circuler au mois de septembre. Les plus populaires soutenaient que le chef djihadiste aurait été tué suite à un incident intervenu dans le bassin du Lac Tchad avec la faction rivale de Bakura. D’autres rapports font état d’un conflit interne.

En « confirmant » la mort d’Abou Musab al Barnawi, l’armée nigériane tente de crédibiliser ces rumeurs. « Il est mort et reste mort », a insisté le chef de l’armée. Qui, cependant, ne peut faire oublier le nombre de fois que des chefs djihadistes ont été annoncés morts alors que tel n’est pas le cas.

Ancien porte-parole de Boko Haram, Habib Yusuf a été nommé gouverneur de la Province de l’État Islamique en Afrique Occidentale. Il remplace à ce poste Abubakar Shekau dont les méthodes sanguinaires sont décriées par le commandement central de l’EI. Le nouveau « wali » déplace l’épicentre de l’insurrection dans le bassin du Lac Tchad en concentrant les attaques contre les cibles militaires en lieu et place des civils ciblés par la faction adverse dirigée par Shekau dont le bastion se situait dans la forêt de Sambisa.

Mais en 2019, Habib Yusuf rencontre des difficultés au sein de la PEIAO et est évincé à son tour. Il est remplacé par Abu Abdallah Ibn Omar Al Barnawi. Le fils de Muhammad Yusuf revient aux affaires deux années plus tard même si c’est à titre intérimaire.

En janvier 2021, il est chargé par l’État Islamique d’organiser l’offensive contre Abubakar Shekau dans la forêt de Sambisa. L’assaut donné au mois de mai se soldera par la mort du successeur de Muhammad Yusuf. Traqué, Shekau aurait activé sa ceinture d’explosifs, en tuant un cadre de l’État Islamique, Bako Gorgore.

À peine a-t-il réussi cette « mission » que Habib Yusuf est annoncé mort à son tour dans des circonstances qui ne sont pas pour l’instant claires.

En tout cas, l’État Islamique qui a reconnu le décès de l’émir de sa filiale sahélienne dans le dernier numéro de la revue hebdomadaire « Al Naba », tarde à confirmer la fin de l’existence d’Abu Musab al Barnawi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *