0 5 minutes 1 mois

Après la mort non encore élucidée de leur fille dans des circonstances très troubles, la famille de la caporale Aïché Barry de la garde nationale est sous le coup d’un autre choc. Et pour cause.

Le principal suspect du meurtre de leur fille son fiancé Mohamed Haïdara a disparu dans les mailles de la gendarmerie alors qu’il était interpellé pour les besoins de l’enquête. Toute chose qui corrobore davantage la piste de certains membres de la famille Barry et enquêteurs qui pointaient du doigt l’intéressé comme étant le suspect numéro un de ce meurtre crapuleux.

De quoi s’agit-il ?

 Caporale Aïché Barry
Caporale Aïché Barry

Aïché Barry est un agent de la garde nationale, la trentaine passée, elle servait comme chef de poste à l’agence de la BIM-Sa près de Imacy de Hamdallaye en Commune IV du district de Bamako. Côté matrimonial, elle avait contracté un premier mariage soldé par un divorce avec trois enfants : deux filles et un petit garçon.

Après cette union, elle croise sur son chemin un jeune du nom de Mohamed Haïdara avec qui elle prévoyait un projet de mariage. Cependant, même si le mariage civil pas été célébré, Mohamed a avancé les colas pour les fiançailles. Ainsi, les deux tourtereaux vivaient en parfaite entente jusque ces derniers temps où l’on a relevé des difficultés dans le couple. “Il suffisait de regarder le jour de son assassinat son statut WhatsApp pour se rendre à l’évidence que quelque chose n’allait pas entre eux Aïché et son fiancé et nous avons mis ces éléments à la disposition des enquêteurs”, proclame une source proche de la famille de la défunte. Ainsi, dans la nuit fatidique du 8 au 9 mai aux environs de 4 h du matin, Aïché Barry qui vivait dans un appartement à Hamdallaye a été retrouvé seule calcinée dans sa chambre. Chose curieuse, c’est son fiancé qui a appelé à l’aide en criant au feu dans la chambre d’Aïché soutenant qu’il y a un court-circuit dans la maison.

A lire aussi :  Mali : Pour “homicide volontaire” Issa Tangara prend la réclusion à perpétuité

“Lorsque les gens se sont empressés devant sa chambre. C’était pour constater le drame. D’ailleurs, les voisins étaient étonnés de constater que le fiancé en question n’aurait fourni aucun effort pour sauver sa femme. Même pas la moindre égratignure n’était visible sur lui”, ajoute la même source. La brigade territoriale de la gendarmerie de Bamako qui a pris le dossier en main, a mis le fiancé en garde en garde à vue pour les besoins de l’enquête. Sauf que l’intéressé aurait mystérieusement disparu dans les cellules de la gendarmerie. Mais comment ? That’s the question. Selon des sources sécuritaires, les geôliers ne savent pas également comment il a pris la poudre d’escampette.

Aussitôt après cette disparition, un message de la gendarmerie a circulé sur les réseaux sociaux avec l’identité et la photo du fugitif qui reste introuvable. Alors question si le nommé Haïdara n’avait rien à se reprocher pourquoi fuir ? En tout cas, les parents de la victime n’ont jamais douté de la culpabilité de Mohamed Haïdara dans ce meurtre et sont très remontés contre sa disparition. C’est pourquoi, ils ont saisi le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, des membres du gouvernement et des associations de défense des droits de la femme pour que justice soit faite à la victime.

Notons que le dossier est confié au Tribunal de grande instance de la Commune IV du district de Bamako.

Affaire à suivre…                                            

  Kassoum Théra

Source : Aujourd’hui-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.