0 5 minutes 1 semaine

LE MALI FAIT PARTIE DES PAYS OÙ LES ORPHELINS SENTENT ENCORE L’ABSENCE DE LEURS PARENTS, MALGRÉ QUE LE MONDE EST ÉVOLUÉ.
De prime abord, est orphelin tout individu ayant soit perdu son père ou sa mère. Si l’on perd son père, on est orphelin de père, et la mère, on n’est orphelin de mère. Et si on les perd tous, on est orphelin de << parents >>. Même si l’on a tendance aujourd’hui d’employer à tort ou à raison le terme << orphelin >> tout court avec confusion. En réalité, dans les temps immémoriaux, il était rare de reconnaître le statut d’un enfant vu l’éducation et la parfaite symbiose qui régnaient dans nos familles. La fille ou le garçon qui est orphelin de mère pouvait vivre chez une autre mère sans se sentir frustré. Cette dernière se chargeait biologiquement et physiquement de l’enfant sans mère comme si il ou elle était un des siens.
En revanche, le vent visiblement soufflé dans le sens contraire. Si l’on avait du mal à reconnaître un orphelin jadis, il n’en est pas de même aujourd’hui.
QUEL MOMENT PROPICE POUR RECONNAÎTRE UN ORPHELIN ?
La réponse à cette interrogation est très simple et sans équivoque. Tout d’abord, un orphelin est allergique aux cérémonies et aux grandes fêtes. Il s’isole de ses pairs de façon directe ou indirecte à cause de ses habillements peu décents et inconfortable. Il se sent gêné et frustré vis-à-vis de ses camarades. Ce sentiment de gêne peut se sentir implicitement ou explicitement. Un petit constat suffit pour l’épingler parmi les autres enfants. C’est de là que commencent les soupçons de l’enfant à s’interroger sur sa maternité ou paternité. Une flopée de questions lui taraude l’esprit comme par exemple : 《je ne veux même pas parler de la cérémonie où des grandes fêtes, parceque je connais ce qui va se passer à ces moments. Ils me font penser à ma maman en voyant les autres avec leurs siennes 》Affirme Monsieur Oumar Keita orphelin de “mère”.
Une orpheline de “parents” comme Alima Sidibé affirme aussi  《les jours de la fêtes sont pour moi comme les jours de souvenirs, au lieu que je me profite de la journée je passe la journée à penser à mes parents, c’est ce qui me pousse à m’isoler pendant ces moments》
OÙ SONT MES PARENTS ?
La plupart des orphelins s’interrogent sur la disparition de leurs parents. D’autres croient à une blague et d’autres ça reste toujours un remords.《Je me nomme kassim Traoré, j’ai perdu mon père à l’âge de 2 ans et je n’ai pas connu ma mère, leur mort, que  je sois riche ou une grande personnalité dans ce monde, reste Toujours un remords pour moi parcequ’ils sont irremplaçables de ma vie.
Selon Mariam Camara, une orpheline de mère depuis ses 3 ans, la mort de sa maman est une blague, parcequ’elle est décédée devant ses yeux au moment où qu’elle ne connaissait pas ce qui s’est que la mort, la raison pour laquelle elle doute encore. 《Je suis sûr que ma mère va revenir le jour de mon mariage car c’est le jour juste que je l’attende et qu’elle m’attende aussi》.
Laisser un enfant orphelin vivre comme telle est un gros danger dans un pays car il est capable de tout 《un enfant qui vit sans son père ou sa mère ou les deux à la fois peut faire tout comme mal》. Affirme M. Kanté psychologue de haut niveau.
CONCLUSION :
Que je sois orphelin ou pas, je m’engage à défendre les droits de ces démunis car d’un jour ou de l’autre je pourrais l’être ou mes enfants pourront l’être. Le fait d’être un orphelin n’est ni un défaut encore moins un vice mais un sort fatal qui pourrait arriver à tous.
YOUBA DOUMBIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.