0 8 minutes 6 mois
Le sélectionneur national reste calme et conscient de ce qui l’attend. Le statut de favori que certains donnent aux Lions du football, Cissé y met un bémol, il reste sur terre. L’ancien défenseur de l’équipe nationale joue la carte de l’humilité. Il préfère la coupe aux commentaires.

« Ce statut de favori, en réalité, le Sénégal l’a toujours été. Même quand le Sénégal n’a pas été le favori, on l’a toujours considéré. Tout ce que je peux dire au-delà d’être le favori, nous sommes là pour gagner cette compétition. Donc, pourquoi être un favori si on a la possibilité de gagner ce trophée?” se questionne-t-il, avant de poursuivre.

“Notre objectif c’est la coupe. Mais comme je l’ai dit, il y a d’autres sélections qui sont là pour gagner également. Il n’y a pas que le Sénégal. Mais ces dernières années, on voit l’évolution de cette équipe sénégalaise. C’est normal aujourd’hui que tout le monde nous voit comme les futurs champions d’Afrique. Et j’espère que notre vœu se réalisera. On abordera cette compétition avec beaucoup de sérénité et de confiance mais surtout avec beaucoup d’humidité », explique-t-il.

Le groupe et la Covid

La Covid19 joue également sa Can. Comme dans d’autres formations, le Sénégal choppe le virus. Des cadres du dispositif d’Aliou cissé sont touchés. Toutefois, le staff semble anticiper sur les “imprévus”. Dans une équipe, il faut compter sur tout le monde.

« On a commencé notre préparation à Dakar et on a laissé 9 soldats derrière nous. Petit à petit, ils sont en train de nous rejoindre. Loum Ndiaye, Moustapha Name sont arrivés. Nous attendons toujours Pape Matar Sarr, Bamba Dieng Saliou Ciss, Mame Baba Thiam. Alfred Gomis qui était atteint du Covid aussi doit nous rejoindre de même que Nampalys Mendy. Aujourd’hui, la liste des joueurs atteints de Covid s’est allongée. Il y a le cas de Koulibaly,  Famara Diedhiou et Edouard Mendy. C’est des situations difficiles et compliquées pour l’humanité mais spécialement pour le football. On a constitué un groupe compétitif capable de rivaliser avec les autres nations. Nous ne sommes pas victimes. Au contraire, nous sommes très motivés. Nous sommes tristes pour les garçons qui ne sont pas là. Les joueurs sont prêts aujourd’hui pour jouer pour ces garçons” rassure Cissé.

“Kalidou et Édouard les absents surprises”

Le diktat Covid-19 a toujours été une  épée de Damoclès sur la sélection nationale. Mais,  jamais il n’a été question pour le sélectionneur qu’il allait  décimer autant le dispositif jusque dans son nœud avec l’absence de cadres notamment en défense.

” On a un groupe en termes de qualité, en quantité. On a des joueurs qui sont valables même si, on voulait avoir l’ensemble de notre effectif. Mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui, être sélectionneur au 21ème siècle, ce n’est pas seulement l’aspect tactique mental ou managérial. Il y a tous ces aspects-là qui sont venus se rajouter avec cette pandémie qu’il faut anticiper. On avait déjà anticipé sur d’éventuelles absences. Mais on ne pensait pas que ça n’allait pas être Koulibaly ou Edouard, tous nos gros joueurs”.

“Hier, dit-il, j’ai regardé la composition de l’équipe lors du dernier match contre le Congo, déjà six joueurs indiscutables qui seront pas sur la feuille de match de demain : Edouard Mendy, Krépin Diatta, Ismaila Sarr, Nampalys Mendy. C’est vrai que c’est inquiétant mais on a des garçons valables et qui sont motivés pour jouer leur première Can. Nous abordons ce premier match contre le Zimbabwe avec beaucoup de sérénité. Le groupe qu’on a constitué est un groupe de qualité où on a anticipé en cas de blessure et de cartons, d’autres joueurs qui pourraient pallier l’absence de nos titulaires. On est dans une situation compliquée. Le Sénégal est touché et je suis persuadé que d’autres sélections le seront. Tous les entraînements aujourd’hui devraient s’organiser, planifier et organiser. Cela ne m’empêche pas de dormir parce que j’ai une confiance à l’ensemble de mes joueurs”.
Aliou Cissé de préciser : “Je sais (ce qu’est) un groupe de qualité et demain on mettra la meilleure équipe possible avec des joueurs motivés et qui seront sans doute à la hauteur. Chaque entraîneur préfère avoir l’ensemble de son effectif. Ce n’est pas le cas mais ce n’est pas non plus une excuse pour nous. Dans nos esprits et nos comportements, rien ne change. »

 “Le Zimbabwe, pas un inconnu”

Sénégal/Zimbabwe n’est pas un baptême de feu. Les deux sélections ont croisé le fer plusieurs fois. Au yeux de Aliou Cissé, la fraîcheur des joueurs fera le match.

« Le Zimbabwe n’est pas une équipe inconnue. Ils font partie parmi les équipes les plus présentes depuis l’histoire de cette Can. Vous connaissez les histoires entre les deux pays. Nous respecterons cette équipe. Nous savons que nous allons disputer un match difficile. Mais il est important de rentrer dans une compétition en remportant les trois points. Ils auront eux aussi l’envie de remporter les trois points.  Dans cette Can-la, gare aux équipes qui seront en manque d’humidité. Toutes les équipes se sont préparées”.

Ce qui différencie le groupe d’Égypte et celui d’aujourd’hui

“Il y a beaucoup de joueurs qui ne sont pas la comparé à 2019. Mais il y a d’autres garçons présents. Le groupe de cette année est encore meilleur et plus équilibré. Il y a plus de complémentarité dans le jeu. Les joueurs sont prêts et l’éclosion de jeunes talents pour renforcer l’équipe. On est encore plus forts et plus équilibrés. »

“La leçon d’Aliou Cissé aux footballeurs”

« Nous savons que le Sénégal est attendu et cela ne date pas d’aujourd’hui. On n’est bien au Cameroun et cette pression, il faut la considérer positive. C’est important de l’avoir parce que c’est un outil qui nous fait avancer. Depuis le bas-âge, nous nous bataillons pour être des footballeurs professionnels. On a joué des matchs de haut niveau et être capitaine également, la pression fait partie de nous. Aujourd’hui on est sélectionneur depuis 6 ans, ce n’est pas notre première campagne et nous gérons de mieux en mieux cette pression et c’est pareil pour les joueurs. Le plus important est de rester concentré sur l’essentiel et c’est sur le terrain”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.