0 4 minutes 1 mois

Les éléments qui ont fait incursion en RDC lundi ont bel et bien été identifiés comme des militaires rwandais, selon les officiels congolais. À Kibumba, des habitants, témoins des échanges de tirs, ont déploré le sous-effectif des militaires à la frontière face aux Rwandais. “Même s’ils étaient en effectif insuffisant, ils ont réussi à mettre la main sur quelques militaires rwandais,” raconte Arsène Kenzire. “Certains militaires rwandais se sont échappés et sont retournés au Rwanda chercher des renforts. Et c’est là qu’ont commencé les échanges de tirs entre les deux armées. Chose grave, nos FARDC étaient en effectifs insuffisants, ils se sont retirés et ont laissé le terrain aux militaires rwandais.”

Pour les populations, l’occupation de six villages du Nord-Kivu par une armée étrangère est incompréhensible : la province est officiellement sous état de siège depuis six mois. “C’est une humiliation grave,” estime Josué Walayi, un habitant de Nyiragongo. “Le gouvernement doit nous dire la vraie mission de l’état de siège. Nous sommes en train de comprendre que ce n’est pas vraiment la mission de faire revenir la paix dans le Nord-Kivu. Depuis que l’état de siège a commencé on ne voit rien comme avancée.”

Réformer l’armée congolaise

Pour faire face à ce genre d’incidents et aux défis de sécurisation ainsi qu’à la restauration de l’autorité de l’Etat, le député national Juvénal Munubo, membre de la commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale, préconise le renforcement de l’armée congolaise :

“En principe, on devrait procéder au recrutement au sein des FARDC parce que les défis sont de taille. On devrait encourager les jeunes à intégrer les FARDC. Mais, il se pose un problème c’est l’encadrement de ceux qui sont déjà dans les FARDC. Il se pose un problème de motivation qui ne facilite pas la tâche au recrutement.”

Un problème de souveraineté déjà ancien

Ces problèmes soulevés par le député national ne sont pas nouveaux. Et ce n’est pas la première fois qu’une telle incursion est signalée sur le sol congolais. Pour faire respecter l’intégrité du territoire national, Juvénal Munubo propose : “Nous pouvons le faire en accélérant la réforme des FARDC. Nous pouvons y arriver en renforçant la diplomatie, nous devons avoir une diplomatie qui s’impose et qui nous fait respecter dans la région. Nous pouvons y arriver également en renforçant la surveillance des frontières, moderniser l’administration aux frontières avec des appareils de surveillance. Il faut évidemment lutter contre la corruption aussi pour les agents commis aux postes frontaliers.”

Par ailleurs, le ministre de la défense nationale, Gilbert Kabanda, doit s’expliquer sur cet incident devant les députés. Une interpellation déposée mardi au bureau de l’Assemblée nationale par le député Jackson Ausse, d’Ensemble pour la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *