Gérard Depardieu accusé de viols : un SMS troublant et la vidéo d’une scène crue au cœur de l’enquête

En décembre dernier, Gérard Depardieu a été mis en examen pour “viol” et “agressions sexuelles” après qu’une jeune actrice ait porté plainte contre lui. Et plusieurs éléments semblent constituer un dossier solide contre l’acteur.
 
Elle plaide le viol, lui une relation consentie. L’AFP a révélé mardi 23 février que Gérard Depardieu a été mis en examen le 16 décembre dernier pour “viols” et “agressions sexuelles” sur une jeune comédienne âgée d’une vingtaine d’années. Sur procès-verbal, cette dernière accusait le comédien de deux viols et agressions sexuelles qui se seraient déroulées les 7 et 13 août 2018 au domicile de la star, dans le VIème arrondissement de Paris. Une version des faits que le comédien de 72 ans contestent aujourd’hui par l’intermédiaire de son avocat. Toutefois, des SMS jugés troublants ainsi qu’une vidéo captée par une caméra de sécurité sont aujourd’hui au coeur du dossier.
 
Avant les faits, Le Parisien rapporte que Gérard Depardieu et sa victime présumée échangeaient régulièrement des messages dans lesquels ils parlaient au sujet de leur métier, le comédien prodiguant même des conseils à la jeune femme sur son jeu. Dans l’un d’eux, le quotidien rapporte que la star de 72 ans la compare même à la chanteuse Barbara. Le 7 août 2018, la plaignante a expliqué dans sa déposition avoir subi une première agression sexuelle dans le salon de Gérard Depardieu. Une scène captée par les caméras de surveillance de la demeure, sur laquelle on voit selon Le Parisien l’acteur pratiquer une pénétration digitale à la jeune actrice avant qu’ils ne montent à l’étage.
 
La victime présumée a suivi Gérard Depardieu “sous l’effet de la tétanie”
 
Une agression qui selon la jeune femme s’est déroulée en deux temps, une première fois dans le salon, puis dans la chambre où il n’y a aucune caméras de surveillance. Elle affirme dans sa plainte avoir suivi Gérard Depardieu “sous l’effet de la tétanie” précise Le Parisien, avant de retourner le 13 août au domicile du comédien où elle aurait subi un deuxième viol, alors qu’elle était selon elle “prise dans un mécanisme de sidération et de déni”. Ce mardi 23 février 2021, l’AFP a appris d’une source proche du dossier que la magistrate en charge de l’affaire a estimé qu’il existait des “indices graves ou concordants” que Gérard Depardieu ait pu commettre les faits dénoncés par la jeune comédienne.
Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment