Aux États-Unis, un homme vivait caché dans un aéroport depuis trois mois

© L’homme est resté dans l’aéroport international O’Hare de Chicago du 19 octobre au 16 janvier dernie… L’homme est resté dans l’aéroport international O’Hare de Chicago du 19 octobre au 16 janvier dernier. | Oskar Kadaksoo via Unsplash

Depuis le début de la crise du Covid-19, les voyages se font rares. Les aéroports, s’ils sont plus vides qu’habituellement, continuent cependant à accueillir les quelques personnes qui se déplacent d’une destination à une autre. Les aéroports ne sont a priori qu’un point de passage. C’était sans compter sur cet homme qui est resté dans l’un d’eux pendant trois mois, jusqu’au 16 janvier dernier.

Le 19 octobre 2020, Aditya Singh, 36 ans, prend un avion depuis la Californie vers l’aéroport O’Hare de Chicago. Après l’atterrissage, il se dirige vers l’édifice. Mais au lieu d’en sortir, il y élit domicile.

Alors qu’il passe ses journées à errer dans O’Hare, l’un des plus grands aéroports du pays, Aditya Singh réussit à ne pas se faire remarquer. Il se fond dans la masse et circule dans les différentes allées, s’assoit dans les salles d’attente, se lave dans les toilettes et mange dans les restaurants parmi les voyageurs, les pilotes et les employés de l’aéroport.

Arrêté après trois mois incognito

Samedi 16 janvier, deux employés de la compagnie aérienne United Airlines s’approchent de monsieur Singh et lui demandent de présenter ses papiers. L’homme leur montre un badge de l’aéroport, qui appartenait en réalité à un directeur des opérations. Ce dernier n’arrivait plus à mettre la main sur son passe depuis le mois d’octobre. En découvrant cela, les employés appellent la police, qui place l’homme en détention.

À lire aussiLa probabilité d’attraper le coronavirus dans un avion a été calculée

Selon le procureur, Aditya Singh n’avait pas souhaité quitter l’aéroport le 19 octobre parce qu’il «avait peur de rentrer chez lui à cause du Covid». D’après un agent employé par l’aéroport, il n’existe à ce jour aucune règle précisant la durée après laquelle un passager muni d’un billet doit quitter les lieux. De plus, le Chicago Department of Aviation assure que l’homme ne représentait aucun risque pour la sécurité de l’aéroport et des personnes qui s’y trouvaient.

Après son arrestation, il a été accusé d’usurpation d’identité et d’avoir volé moins de 500 dollars (environ 400 euros). Le lendemain, sa caution a été fixée à 10.000 dollars (8.200 euros). L’homme serait resté dans la prison du comté de Cook jusqu’au mardi 19 janvier. Il devrait comparaître le 27 janvier prochain.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment