Joe Biden annonce le retour des États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat

Le nouveau président américain Joe Biden a signé mercredi, quelques heures seulement après sa prise de fonction, une série de décrets dont l’un portant sur le retour des Etats-Unis dans l’accord de Paris sur le climat.

Joe Biden a annoncé mercredi 20 janvier, quelques heures après son investiture à la présidence américaine, le retour des États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat, la mesure phare d’une série de décrets présidentiels destinés à rétablir le leadership de Washington dans la lutte contre le changement climatique.

Les décrets signés par le nouveau locataire de la Maison blanche prévoient aussi d’examiner toutes les mesures décidées par son prédécesseur Donald Trump qui ont nui à la lutte contre le changement climatique, la révocation du permis accordé pour la construction de l’oléoduc Keystone XL devant relier la province canadienne d’Alberta au Nebraska, ainsi qu’un moratoire sur les activités pétrolières et gazières dans une réserve naturelle de l’Arctique où l’administration Trump avait récemment autorisé le développement de projets.

Il s’agit de l’amorce d’un virage politique majeur pour le deuxième pays émetteur de gaz à effet de serre au monde, derrière la Chine, après que l’administration Trump a mis au pilori la science climatique et est revenue sur des normes environnementales pour favoriser le développement de l’industrie fossile.

“Welcome back!”

Joe Biden a transmis mercredi soir une lettre formelle au secrétaire général de l’ONU pour l’informer du retour des États-Unis dans l’accord sur le climat, un retour qui sera effectif le 19 février.

Le président français Emmanuel Macron, qui a adressé mercredi ses félicitations à son nouvel homologue américain, s’est réjoui de cette annonce. “Je salue le retour des États-Unis au sein de l’Accord de Paris pour le climat : Welcome back!”, a-t-il écrit sur Twitter.

À Bruxelles, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué une “nouvelle aube” sous Joe Biden, et l’Union européenne a dit dans un communiqué se réjouir du retour des États-Unis dans l’accord sur le climat.

Joe Biden a promis durant la campagne électorale de remettre les États-Unis sur la voie de la neutralité carbone d’ici 2050 pour répondre à la diminution des émissions de gaz à effet de serre que les scientifiques considèrent comme nécessaire pour éviter des ravages encore plus importants du réchauffement climatique à travers le monde.

Obstacles

Le chemin ne sera toutefois pas sans obstacles, alors que la question climatique divise la classe politique américaine et fait l’objet d’un lobby des compagnies pétrolières.

Alors que des activistes favorables à la protection de l’environnement ont salué les décrets signés par Joe Biden, des groupes industriels et des élus conservateurs ont critiqué les mesures.

Un groupe de sénateurs républicains a appelé mercredi Joe Biden à présenter au Congrès son projet pour le retour des États-Unis dans l’accord de Paris afin que les élus puissent l'”examiner”. Steve Daines, sénateur républicain du Montana, a déclaré que le nouveau chef de la Maison Blanche ne pouvait pas intégrer les États-Unis à un traité international sans l’aval d’une majorité des deux tiers au Sénat.

Le principal groupe de lobbying de l’industrie pétrolière et gazière américaine a déclaré penser que bloquer le projet d’oléoduc Keystone XL était un “pas en arrière” qui allait nuire au rétablissement de l’économie américaine.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment