Alibaba va être nationalisée par l’État chinois, tout comme la Fintech Ant

Alors que Jack Ma n’a toujours pas donné signé de vie, tout porte à croire que Pékin s’apprête à nationaliser Alibaba et Ant Group.

Alibaba et Ant nationalisées ? Selon nos confrères de l’International Business Times, le gouvernement chinois serait en train de plancher sur l’éventualité, de plus en plus probable, de nationaliser l’entreprise Alibaba ainsi que la Fintech Ant Group, toutes deux fondées par le milliardaire Jack Ma, dont on est sans nouvelles depuis le 24 octobre dernier.

Alibaba et Ant Group, dans le collimateur de Pékin

Après avoir condamné Alibaba pour pratiques anti-concurrentielles et ouvert une enquête plus poussée à son encontre et celle de l’entreprise financière Ant Group, la Chine a accéléré le mouvement.

L’administration chinoise, qui a reçu de nouvelles informations de son autorité de régulation des marchés, va enquêter à nouveau sur le géant du e-commerce “pour des activités monopolistiques présumées”, au même titre d’ailleurs que le mastodonte des réseaux sociaux, Tencent, et que la société de vente en ligne Meituan. Alibaba a annoncé être prête à coopérer avec les autorités dans le cadre de leur enquête.

Ant Group, Fintech d’Alibaba pendant très longtemps, a également reçu “un avis de réunion des régulateurs.” À la fin du mois de décembre, plusieurs autorités de l’empire du Milieu ont décidé de se pencher sur le cas de l’entreprise financière. La banque centrale de Chine avait en effet dressé un tableau peu flatteur de la société, accusée de s’être trop éloignée de son cœur d’activité : le paiement en ligne.

Et pendant ce temps, Jack Ma n’est toujours pas réapparu

Pour aller un peu plus loin donc, Pékin pourrait prendre sous son aile Alibaba et nationaliser l’entreprise. Idem pour Ant Group. L’idée du gouvernement local serait de mener une fronde contre les monopoles pour favoriser le développement de l’économie du pays et lutter contre ce qui serait “l’expansion désordonnée du capital.” Alibaba et Ant pourraient ainsi symboliquement servir d’exemples.

Cette nationalisation évoquée aura-t-elle des conséquences sur l’avenir de Jack Ma ? L’hommes d’affaires, disparu depuis le 24 octobre, nourrit tous les fantasmes. A-t-il délibérément cessé toute communication pour ne pas “aggraver son cas” alors qu’il s’est mis Pékin à dos ? A-t-il été réduit au silence en voyant sa communication et ses déplacements contrôlés ? A-t-il été emprisonné, comme d’autres avant lui, voire pire, tué ?

Cette question globale sur le sort réservé au fondateur d’Alibaba, qui a abandonné ses fonctions d’hommes d’affaires pour s’adonner à la philanthropie, reste pour le moment sans réponse.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment