Piratés par les Russes, les États-Unis créent… une nouvelle unité diplomatique

Au travers du nouveau « Bureau of Cyberspace Security and Emerging Technologies », le département d’État des États-Unis veut multiplier les efforts diplomatiques pour réduire le risque de conflits cybernétiques.

Tous les jours, le hack de SolarWinds révèle de nouvelles victimes et alourdit le bilan pour les États-Unis. Pour éviter à l’avenir ce genre d’évènement, le secrétaire d’État Mike Pompeo a décidé de réagir, en créant au sein de son administration diplomatique le « Bureau of Cyberspace Security and Emerging Technologies » (CSET).

Sa mission est de réduire le risque de conflits cybernétiques par le biais d’efforts diplomatiques. Les adversaires sont également nommés : Chine, Russie, Iran et Corée du Nord.

À peine annoncé, le CSET a déjà essuyé une attaque en règle de la part de Christopher Painter, un ancien coordinateur cybersécurité du département d’État. Dans un tweet, il estime que cette unité ne sera guère plus qu’un silo supplémentaire dans la lutte cyber et qu’il faudrait, au contraire, avoir une approche globale et décloisonnée.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment