Où est passé le milliardaire Jack Ma?Le patron porté disparu après avoir critiqué le système bancaire chinois

Il s’appelle Yun Ma, mais cela fait longtemps qu’il a changé son prénom, Yun est devenu Jack, Jack Ma, parce que ce prénom américain est plus branché. C’est un homme de 56 ans, originaire du sud de la Chine. Un ancien cancre qui a raté pas mal d’examens avant de finalement réussir à devenir professeur d’anglais dans une université technologique. En 1994, il a la chance de faire un voyage en Californie. Il découvre internet et dès son retour avec sa femme il lance en Chine un petit site de vente en ligne.

La suite est une incroyable “succès story”. Ce site, Alibaba, va devenir la septième plus grosse entreprise du monde derrière les GAFAM. Et Monsieur Ma va faire partie des premiers chinois milliardaires. Longtemps première fortune de Chine avec 50 milliards de biens. Son groupe emploie 100.000 personnes, envoie 600.000 colis par jour et s’est diversifié dans la livraison de repas à domicile, dans la banque et dans à peu près tous les domaines. Petite folie, il s’est acheté quatre domaines viticoles dans le bordelais.

Il critique le système bancaire chinois, puis personne ne l’a revu

Et puis, il y a un an, comme annoncé à l’avance, Jack Ma a pris sa retraite le jour de ses 55 ans, pour profiter de la vie et se consacrer à l’humanitaire.

Mais Jack Ma est aussi une grande gueule et fin octobre il s’est exprimé au cours d’un forum économique à Shanghaï et il a violemment critiqué les responsables du système bancaire chinois. Et depuis ? Depuis personne ne l’a revu.

Il a été dit qu’il avait été convoqué par une commission de discipline. On a su que l’introduction en bourse d’une filiale d’Alibaba a été annulée puis qu’une enquête avait été ouverte contre l’entreprise pour abus de monopole.

Mais lui ? Où est-il, et que fait-il ? Personne n’en sait rien. Il devait participer en décembre à une émission de télévision. Il était juré dans une sorte de “Nouvelle Star” des start-up. Mais il a été remplacé au dernier moment.

C’est le quotidien britannique “Financial times” qui a révélé lundi cette disparition inquiétante en rappelant qu’il est déjà arrivé que des grands patrons chinois soient emprisonnés et tenus au secret.

Jack Ma pourtant n’était pas considéré jusqu’à présent comme un dissident. Il est membre du parti communiste, vice-président d’une commission de contrôle d’internet.

Mais en même temps, il a racheté un journal de Hong Kong jugé assez critique envers Pékin. Il voulait investir 7 milliards de dollars dans les médias. Et visiblement à un moment il a franchi une ligne rouge.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment