Washington veut faciliter les procédures d’expulsion des immigrés clandestins

Aux Etats-Unis, le département de la Sécurité intérieure veut travailler à réduire l’installation de nouveaux arrivants. Ainsi, un texte est en projet pour faciliter les expulsions immédiates de migrants arrivés depuis moins de trois mois, alors que cette mesure s’applique jusqu’à présent pour ceux entrés aux Etats-Unis depuis moins de deux semaines.

Lors d’une discussion informelle et inédite avec la presse cette semaine, Donald Trump a fait part d’une nouvelle idée pour le mur qu’il compte toujours construire à la frontière avec le Mexique. Après avoir déjà émis le souhait qu’il soit couvert de panneaux solaires, il voudrait maintenant qu’il soit transparent. Car, explique le président américain, si les trafiquants balancent des sacs de drogue de 30 kilos sans savoir ce qu’il y a derrière, certains risquent de se les prendre sur la tête. Et alors, s’inquiète Donald Trump, « c’est fini » pour la victime.

En attendant l’élévation de cette barrière, les autorités travaillent à de nouvelles mesures contre les immigrants clandestins. Selon un document révélé par le Washington Post, le département de la Sécurité intérieure souhaite faciliter et accélérer les procédures d’expulsion.

Depuis 2004, un texte autorisait le renvoi immédiat des personnes appréhendées si elles étaient entrées moins de 14 jours auparavant, et qu’elles étaient attrapées à moins de 160 km de la frontière. La nouvelle politique étendrait le délai à 90 jours et la zone concernée à tout le pays.

Les organisations de défense des immigrés sont vent debout contre ce changement qui menacerait en outre les procédures de demande d’asile. Mais l’administration américaine veut de la fermeté, et la justice est débordée. Début 2017, quelque 534 000 cas d’immigrés clandestins étaient en attente.

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment