Me Baber Gano à propos de la révision constitutionnelle en CIII : « Notre descente dans l’arène politique à partir du 11 juillet 2017 produit ses effets parce que la marche de la plateforme « An Tè A bana » du samedi n’a pas été la mobilisation attendue

C’est avec ce sentiment de satisfaction que le Secrétaire général du RPM, Me Baber Gano, accompagné de 7 autres membres du gouvernement, était face aux militants du parti en Commune III du district de Bamako pour boucler la série de rencontres engagée avec ses structures de base sur la révision constitutionnelle. Il s’agissait de leur donner les bonnes informations sur le processus de révision. La salle Babemba a refusé du monde, prêt à passer à l’offensive pour le OUI massif au référendum.

Depuis le mardi 11 juillet, l’instance dirigeante du RPM a entamé des meetings d’informations et de sensibilisations à la base. Pour la dernière étape de ces rencontres, les membres du BPN, soutenus par 8 ministres de la République, étaient samedi  après-midi en Commune  III du district de Bamako. Il s’agit des ministres Baber Gano, secrétaire général du parti, Hammadou Konaté, secrétaire politique, Maouloud Ben Katra, Abdrehamane Sylla, Seynab Diop, Ly Attaher Dravé, Malick Alhousseyni Maiga et Nango Dembélé. C’était en présence de certains députés et du secrétaire général de la section III, Bréhima Bomboté et tout son staff.

A l’entame de ses propos, le secrétaire général du parti dira que les membres du gouvernement étaient enclin à un devoir de réserve, mais que le moment était venu pour eux de descendre dans l’arène politique pour la grande mobilisation. Comme dans les autres communes, la population de la commune III a été galvanisée pour prendre ses responsabilités. Elle a été invitée à s’approprier  le projet de révision constitutionnelle, initié par le chef de l’Etat. Ce texte, selon l’arrêt de la Cour qui s’impose à tout le monde, est conforme à la constitution de 1992, après corrections. Pour l’orateur, le OUI doit l’emporter au moment venu pour le confort de la démocratie et pour soutenir le processus de paix.

Celui qui avait promis, lors de la conférence de presse du 11 juillet dernier d’être le chef de file de cette mobilisation, est satisfait de ces quelques jours d’exercice. Il l’a affirmé devant les militants en ces termes : «Notre descente dans l’arène politique à partir du 11 juillet 2017  produit ses effets parce que la marche de la plateforme « An Tè A bana » du samedi  n’a pas été la mobilisation attendue », avant de demander à l’auditoire de se mobiliser, d’être à l’écoute et de véhiculer la bonne information. Sans céder à la provocation.

 Me Baber Gano a renchéri que «  l’opposition n’est pas dans une logique d’opposition à la révision constitutionnelle mais dans une logique d’insurrection, dans la mesure où  à toutes ses sorties, elle ne fait que défier l’autorité de l’Etat ».

Dans son exposé, il a démontré les motivations qui ont conduit le Président IBK à engager la révision : « Comme  l’avènement de toute loi, le projet initié par le Président de la République a une source, une origine, une motivation. La Constitution doit être révisée pour respecter les engagements internationaux   du Mali à travers notamment  la création de la Cour des Comptes et l’institution d’un Sénat. S’y ajoutent plusieurs autres motivations avec la fin du nomadise politique, la possibilité pour les maliens de la diaspora de siéger à l’hémicycle… »

 Le secrétaire général du RPM a conclu en rassurant que le OUI est en marche et que le OUI gagnera lors du référendum prochain pour permettre au Président de parachever le processus de paix.

A noter que l’étape de la commune III a été un réel motif de satisfaction pour la délégation,  qui a  félicité la section III à travers son secrétaire général, Bréhima Bomboté, pour la mobilisation réussie.

Daniel KOURIBA

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment