«Il nous faut offrir une perspective heureuse d’insertion socioéconomique aux jeunes pour freiner l’immigration», dixit le PM Abdoulaye Idrissa Maïga

Le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a ouvert les journées de concertations sur les questions migratoires hier jeudi 15 juin 2017, à l’Hôtel Radisson Blu de Bamako. Organisées par le Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, elles se sont ouvertes en présence des membres du gouvernement, d’ambassadeurs, consuls généraux, gouverneurs, élus, représentants d’institutions de la République, d’organisations de la société civile, les personnalités et experts sur les questions migratoires.

Il s’agit lors des trois jours de discussions entre les 300 participants, dit le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Dr Abdramane Sylla, d’examiner la migration en tenant compte de sa complexité et de ses nombreuses implications, avec une approche humanitaire et de solidarité, car toujours au cœur de cette problématique se trouve l’être humain.

Car, dit-il il ressort des statistiques qu’en quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé passant environs de 250 millions de personnes. Au Mali, il ressort des statistiques en 2015 que 376 jeunes sont morts noyés dans la méditerranée. En 2015 et 2016, il a enregistré 3150 cas d’expulsions en provenance de beaucoup de pays. Un nombre important de jeunes maliens séjournent dans les centres de rétention en Europe. Malgré ce bilan sombre, ajoute Dr Sylla, les migrants contribuent énormément au développement De leurs territoires d’origines et d’accueil. «Au Mali, ils contribuent à près de 500 milliards de F Cfa par an)».

Aborder ce sujet, ajoute Dr Sylla, ce phonème naturel de déplacement des hommes dans l’espace, dans le contexte de mondialisation où les richesses sont inégalement reparties, et où les états sont confrontés à des crises sociales, politiques économiques et sécuritaires récurrentes, nécessite un examen profond et multidimensionnel. «C’est pourquoi le sujet nous interpelle tous : gouvernants, universitaires, experts en développements et ceux de la sécurité et de la société civile, les familles des migrants, pour trouver une solution au problème», déclare Dr Abdramane Sylla.

Ainsi, lors des concertations, dit-il, il sera développé une session inaugurale sur les «défis actuels de la migration en matière de géopolitique entre l’Afrique et l’Europe». Les débats porteront entre autres sur les textes législatifs et réglementaires en matière de migration, le lien entre migration et droits de l’homme, l’assistance et la protection des maliens de l’extérieur, la problématique genre et migration, la gestion intégrée des frontières en rapport avec la migration et l’Etat civil, le lien entre migration- et sécurité, les accords de coopération entre le Mali et d‘autres états en matière de migration, le rôle de la société civile dans la gestion de la crise migratoire, le lien entre la migration et le développement.

Le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, a été on ne peut plus claire dans son intervention sur la problématique de la migration. «Il nous faut offrir une perspective heureuse d’insertion socioéconomique aux jeunes pour freiner l’immigration. En faisant cela, on sortira avec efficacité vainqueur dans cette lutte». Avant de rappeler participants l’intérêt majeur de parvenir lors des discussions à une formulation sur tous les aspects de la migration et de définir la responsabilité de chaque acteurs.

Hadama B. Fofana

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment