Café-cacao : La Fédération des producteurs actifs en désaccord avec l’Etat sur le prix

La Fédération des producteurs actifs de Café-Cacao de Côte d’Ivoire (Fepacc-Ci) a produit une déclaration, le dimanche 15 octobre 2017, à la salle annexe du Foyer des jeunes de Locodjoro (Abidjan) pour marquer son « désaccord et indignation face à la chute draconienne du prix du cacao ».

Ci-dessous la déclaration de la Fepacc-Ci.

DECLATION DE LA FEDERATION DES PRODUCTEURS ACTIFS DE CAFE-CACAO DE COTE D’IVOIRE (FEPACC-CI)

Notre pays la côte d’ivoire a enregistré en cette année 2017-2018, une campagne record d’environ 1,74 million de tonne de cacao. Nous tenons à remercier tous ces valeureux producteurs pour le travail abattu dans les conditions que nous savons très difficiles. Même si nous n’arrivons pas à vivre décemment du fruit de nos durs labeurs, nous devons rester optimiste et croire en un avenir meilleur pour notre filière.

Pour rappel, depuis le vendredi 04 Août 2017, nous avons assisté à un changement à la tête de la Direction de notre organe régulateur qui est le Conseil café-Cacao. Ainsi, M. YVES BRAHIMA KONE a succédé à Mme Massandjé TOURE-LITSE. Nous profitons de l’occasion pour souhaiter bon arrivée au nouveau Directeur et bon vent dans l’exercice de sa nouvelle mission. L’un de ses projets rénovateur qui nous tient à cœur, c’est l’informatisation des mécanismes de ventes du cacao. Nous espérons qu’étant un ancien de la maison, il ne restera pas indifférent aux problèmes que nous rencontrons dans nos plantations, nos villages et nos campements à savoir :

– La lutte contre les maladies du cacao tel que le Swolen Shoot

– Les besoins en produits phytosanitaires et de semences sélectionnées

– Le reprofilage des voies

– La création d’école et de centres de santé

– La lutte contre les acheteurs véreux

– Etc.

Concernant le nouveau prix du cacao fixé le 01 octobre 2017, comme nous l’avons déjà signifié dans nos déclarations du 31 Mars 2017 à l’annonce de la campagne précédente, nous réitérons notre désaccord et indignation face à cette chute draconienne du prix du cacao à 700f/kg qu’on nous impose alors que plus de sept million de la population vivent directement ou indirectement de cette culture. Selon la FEPACC-CI, il existe un fond de réserve de plusieurs milliards censé palier à ce genre de crise donc rien ne justifie cette chute draconienne du prix bord champ, ni la chute du prix à l’international, ni la surproduction comme on veut nous le faire croire. Aussi, nous rappelons que la Côte d’Ivoire est le premier pays producteur mondial de cacao, c’est donc injuste ce sort qui nous est réservé pendant que d’autres pays qui vivent cette situation similaire, proposent mieux à leurs producteurs. C’est pourquoi, nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale face à cette injustice faite aux producteurs de cacao. Nous n’allons pas rester sans agir car nous sommes entrain de nous organiser afin de protester pacifiquement contre ces pratiques qui tendent à maintenir les producteurs dans la pauvreté. On nous fait croire qu’il existe un Fonds d’Investissement en Milieu Rural (FIMR), censé être destiné à améliorer les conditions de vie et de travail des producteurs de cacao. Nous ignorons la destination exact de ce fond alors que les paysans soufrent sous le poids de la maladie, il n’existe pas de centre de santé dans certains villages où des paysans perdent la vie par manque de médicaments de première nécessité, il n’existe pas de route pour convoyer nos produits, il n’existe pas d’école à proximité des paysans ce qui pourrait favoriser le travail des enfants dans les plantations, l’insécurité est grandissante dans les forêts et les producteurs sont livrés à eux même face aux acheteurs véreux ; certains producteurs perdent leur plantation, fruit du travail de toute une vie parce que ravagée par les maladies comme le Swolen Shoot, etc.

Lors de notre visite au Conseil Café Cacao le 03 février dernier, nous avons eu à faire des propositions qui sont restées jusque la sans suite alors nous profitons de l’occasion pour solliciter une rencontre avec la nouveau Directeur qui on espère, répondra favorablement afin de discuter de nos conditions de vie et de travail.

Enfin, nous demandons à tous les producteurs de cacao, les coopératives et autres associations de rester digne, mobilisé et à l’écoute du mot d’ordre de leur fédération.

Fait à Abidjan le 14 octobre 2017

LE PRÉSIDENT

ZAMBLE BI ZAMBLE GHISLAIN

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment