Badoumbé, un village de curiosité

  1. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

    Badumbé : X 0368467 ; Y 1508350

 

Historique

Le village de Badumbé qui s’appelait à l’origine Daramutu, fut fondé il y a environ 200 ans par Fabou SISSOKO. Le mot Badumbé signifie en malinké lieu de rencontre des frères Germains d’où l’expression à badenw ben yoro. Cette localité est considère la zone de rencontre de plusieurs clans SISSOKO qui se sont considérés comme étant des frères.

Le village prospéra très vite et avec l’avènement des chemins de fer, on assista à l’arrive d’une forte colonie de migrants. Les patronymes recensas à Badumbé sont : SISSOKO, COULIBALY, FOFANA, DABO, KEITA, DEMBELE, DIARRA, SIDIBE, SYLLA, MACALOU, CISSE, BATHILY, GUINDO, TRAORE etc.

      –   Le site de Jinbodin : X 0365693 ; Y 1507844

Le toponyme Jinbodin signifie à le petit de Jinbo  c’est-à-dire le petit site d’habitat fortifia. Cet ancien site d’habitat fortement érodé, se situe en dehors de la zone d’emprise de la route en construction et à environ 1,5 km à l’ouest du village.

Il est presque contigu au chemin de fer à l’ouest. Il comporte une tombe sur laquelle se dresse un monolithe en forme de stèle. Le site. La tombe est aujourd’hui un lieu rituel. Selon la tradition orale, c’est lorsqu’une menace sérieuse pèse sur le village, la population procède à des sacrifices composas d’un bœuf, de boucs et de coqs rouges sur la tombe.

Les sacrifices ont lieu lundi ou jeudi. Le culte est rendu par le doyen du clan SISSOKO qui se trouve être également le chef du village. Les offrandes sont donc faites au site pour exceptionnellement épargner le village des malheurs et difficultés qui menacent toute la communauté. Un grand baobab dont les coordonnes GPS sont : X0365865 ; 1507938, est lié à ce site.

Le site de Jinboba : X 0364623 ; Y 1507515

Contrairement au précédent site de Jinbodin, Jinboba est cet imposant site ancien d’habitat de par son tendue. Il joue le double rôle de site archéologique et de lieu de culte. Son toponyme est le prénom de son fondateur. Il peut signifier aussi à le grand site d’habitat fortifia.

Le site de Jinboba mesure environ 2 ha de superficie et est couvert par une végétation assez dense. Malgré l’abondance du couvert végétal, on reconnait les restes de murs d’enceinte effondras à travers de multiples monticules de banco. Ces monticules ceinturant le grand site mesurent entre 2 et 4 m de diamètre à la base. Selon la tradition orale, le site aurait été fond par les premiers occupants du terroir de Badumbé.

Il aurait été définitivement abandonna suite à l’inscrit qui sévissait dans la Zone. On note à la surface du site, la présence de restes de structures circulaires en pierres, de tessons de céramique, de matériel de broyage et une tombe matérialise aujourd’hui par une stèle incline vers l’ouest.

Selon la tradition orale,  cette tombe serait la tombe d’un célèbre personnage appelé Jinboba. Jinboba fondateur du site, fut un grand guerrier investi de pouvoirs magiques lui permettant de mettre en déroute des ennemis assaillants. Chaque fois que des troupes ennemies voulaient envahir le village, Jinboba à lui seul pouvait dérouter ces assaillants en se décoiffant et en déposant sa coiffure vers les envahisseurs.

A sa mort il fut inhumé à l’intérieur du mur d’enceinte et sa tombe fut surmonte d’un monolithe jouant le Rle de stèle. Dès lors, cette tombe devint un lieu de pèlerinage pour les populations de Badumbé et leurs voisins qui y viennent chercher bénédictions et confort moral.

Le baobab sacré ou Jinboba Sita que la tradition associait à la tombe de Jinboba n’existe plus. Des offrandes sont faites annuellement sur la tombe de Jinboba. Toutes les cérémonies rituelles liées au culte de ce calibre ancêtre sont toujours officiées par le patriarche du clan SISSOKO. (cf. Pl.2 ph.2)3.

Compte tenu de son importance culturelle, de sa proximité de la route et dans le but d’instaurer un cadre d’échange salutaire entre les populations de Badumbé et les entreprises chargées des travaux de construction de la route, l’équipe de recherche archéologique propose d’entreprendre des actions de protection et de préservation sur le site de Jinboba.

Badumbé

 Le bureau de poste de Badumbé qui appartient au Soudan français fut ouvert à une date indéterminée  .Badumbé se situe au bord du fleuve Sénégal entre Bafoulabé et Kita ; il possédait à l’époque un petit fort très inconfortable aux dires de l’époque puisqu’étant le plus petit du Soudan français. Le village fut découvert vers 1880 par le commandant  Vallière.

Ce bureau de poste n’a apparemment jamais reçu de cachet à date d’armées à son nom. Il utilisa vers 1892 le cachet à date civil à 2 cercles pleins libellé ” BADUMBE * SOUDAN-FRANCAIS* ” .

Au moins une enveloppe de militaire avec émissions générales sont connues provenant de ce bureau de poste, celle présentée ci-dessous:

une enveloppe  avec 3 exemplaires du 5 c Alphée-Dubois oblitérés par le cachet à date bleu “BADUMBE * SOUDAN-FRANCAIS*” du 12 février 1892; à noter la présence du cachet à date bleu de la ligne J du 11 mars indiquant que l’enveloppe mis peut-être environ un mois pour arriver jusqu’à Dakar.

Le fort de Badoumbé : à  2 km de la gare du même nom. Il a été aussi le théâtre de sanglants combats entre les troupes françaises et celles de Bassirou Tall, fils de El Hadj  Omar.Tall

Pour vos excursions contactez la rédaction de Malitribune.