Au moins 50 soldats tués dans l’attaque d’une base militaire en Afghanistan

Les talibans accentuent leur pression sur les forces gouvernementales afghanes, cibles de trois attaques majeures en 48 heures, dont la dernière jeudi a tué au moins 50 soldats dans l’attaque de leur base, dans le sud du pays. Selon le ministère de la Défense, “plus d’une soixantaine de soldats se trouvaient sur la base, 43 ont été tués, neuf blessés et six sont portés disparus. Dix assaillants ont été tués” dans cette opération conduite en pleine nuit à l’ouest de Kandahar. Un responsable provincial a cependant avancé un bilan de “50 morts et 20 blessés”.

Une source locale a estimé sous couvert d’anonymat que les assaillants ont pu bénéficier de complicités à l’intérieur de cette base, modeste et excentrée, les soupçons se portant naturellement sur les “six disparus”. L’attaque s’est produite à 2h50 du matin (0h20 heure belge), au moyen d’au moins un Humvee (véhicule militaire) bourré d’explosifs déclenchés à l’entrée de la base de Chashmo, dans le district de Maiwand.

“Nous essayons de vérifier s’il y en avait plusieurs. Malheureusement, il ne reste rien du camp. Tout a brûlé”, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère, le général Dawlat Waziri. “Un message clair aux Américains et au gouvernement de Kaboul” Dans un message, les talibans ont revendiqué l’opération, affirmant avoir utilisé “deux Humvee et tué les 60 soldats (présents)”. “Les dernières attaques sont un message clair aux Américains et au gouvernement de Kaboul qui ne nous font pas peur avec leur soi-disant nouvelle stratégie” a indiqué leur porte-parole pour le sud, Qari Yusuf Ahmadi, précisant: “Nous allons continuer”.

L’armée américaine qui compte près de 11.000 hommes en Afghanistan a annoncé le renfort d’au moins 3.000 soldats supplémentaires. La base de Maiwand, isolée, est située à 80 km à l’ouest de Kandahar et à une vingtaine de km de la limite avec le Helmand, la “province du pavot” dont les talibans contrôlent les deux-tiers du territoire. Cette attaque est la troisième en 48 heures dans le sud et sud-est du pays. Elle porte le bilan officiel des victimes à plus de 120 morts et 250 blessés au moins depuis mardi, en majorité des membres des forces de l’ordre.

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment