BATOMA DJELI KOUYATE, ARTISTE : « Il y a trop de jalousie dans la musique malienne »

Batoma Djeli Kouyaté est une jeune artiste montante de la nouvelle génération. Depuis la sortie de son premier album, elle enchaine les scènes en France et au Mali. Dans cet entretien accordé à votre site préféré, Malitribune.com, elle revient sur son parcours et ses ambitions pour la musique malienne. Entretien…

Présentez-vous à nos visiteurs ?

Je suis Batoma Djeli Kouyaté artiste chanteuse franco malienne

Depuis quand chantez-vous et quelle est votre source d’inspiration ?

Je suis née dans la musique.  Au Mali, tous les Kouyaté sont  des griots.  Donc, je suis issue d’une famille musicienne de Dokala comme Kaniba Oulé Kouyaté. J’ai commencé la musique, depuis mon enfance. D’abord, j’ai débutée par des prestations dans des mariages, baptêmes, et autres cérémonies. Ensuite est venu le temps des concerts et des tournées à travers la France et le Mali.

Quel est votre rêve d’artiste, avez-vous des projets ?

Mon rêve artistique, c’est d’aller plus loin que mon niveau actuel. C’est-à-dire continuer  à avancer tout simplement.

Avez-vous des albums, si oui combien exactement ?

J’ai un seul album. Actuellement, je suis en pleine préparation de mon nouvel album, le deuxième bien sûr.

Comment voyez-vous la musique malienne de nos jours

Je trouve que la musique malienne avance très bien. Seulement, des fois, il y a des conflits de jalousie entre nous.

Quel est votre style musical ?

Je fais de la musique Africaine Moderne et Française.  Vu que je travaille au plan international.

Vous vivez à Paris et on vous voit très souvent sur scène en France.  Quand en est-il du Mali, votre pays d’origine ?

J’ai accordé des interviews à des radios et certaines télévisions au Mali bien que je vis à Paris.

 Quels sont vos rapports  avec les artistes maliens qui vont en France ou qui sont au Mali

Je m’entends avec tous mes collègues artistes. Je n’ai aucun problème avec qui que ce soit.

Pouvez nous parler du prix que vous avez remporté récemment

J’ai été récemment nommée avec un trophée comme jeune meilleure artiste de Paris. C’était lors de la cérémonie d’AFRICA EUROPE AWARD. Cette distinction m’encourage à persévérer davantage dans mon métier d’artiste.

Quel bilan faites-vous votre jeune carrière

Le bilan que je fais de mon métier d’artiste est un bilan de satisfaction. Et, je compte continuer sur ce chemin.

Le Mali traverse une période trouble. Bientôt, les élections présidentielles vont se tenir. Quel message avez-vous pour les candidats ?

 Pour les élections, je souhaite que le meilleur gagne pour notre Maliba.  Et, surtout pour tous les maliens

Beaucoup de jeunes africains tentent l’aventure à travers le désert et la mer.  Quel est votre point de vu par rapport l’immigration ?

J’invite mes frères et sœurs de ne surtout pas prendre des routes dangereuses de l’émigration. Des routes qui peuvent être fatale pour eux. Même si c’est dur en Afrique, mais rester en vie dans son pays est encore mieux.  Aller dans un pays où tu n’es même pas sûr d’y rentrer est difficile. Une fois là-bas, ils vont faire face au problème de papiers. Donc, c’est mieux de rester chez soi et travailler. Pour finir, je remercie les lecteurs de Malitribune.com. Surtout, Kassim KEITA pour son soutien envers tous les artistes du Mali. Je présente mes sincères condoléances à la famille de Feu, Kassé Mady DIABATE. Ma sœur ainée est l’épouse de son jeune frère, Lafia DIABATE.

Propos recueillis par Kassim KEITA

Share

Sur le même sujet

One Thought to “BATOMA DJELI KOUYATE, ARTISTE : « Il y a trop de jalousie dans la musique malienne »

  1. Boubou CISSE

    Eh dit coup tout le monde devient candidat à la présidentielle de 2018 au Mali.

Leave a Comment