Covid-19. Dix questions pour tout comprendre du nouveau vaccin conçu par Moderna

Les nouvelles se bousculent sur le front des vaccins contre le coronavirus – et c’est une bonne nouvelle. Dernier en date, le vaccin Moderna qui, comme celui de Pfizer/BioNTech, fait appel à une technologie toute nouvelle : l’ARN messager. Voici dix questions qui font le tour de ce que l’on sait.

La perspective de premières vaccinations contre le Covid-19 d’ici à la fin de l’année se concrétise : après Pfizer/BioNTech la semaine dernière, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé ce lundi que son vaccin était efficace à 94,5 %. Elle compte en fabriquer 20 millions de doses d’ici fin décembre. Voyons ce que l’on sait de ce vaccin en dix questions.

Suivez notre direct, ce lundi 16 novembre, consacré à l’épidémie de coronavirus

1. Comment fonctionnent les vaccins contre le Covid-19 ?

Quelle que soit la technologie qu’ils emploient, ces vaccins ont tous le même objectif : entraîner notre système immunitaire à reconnaître le coronavirus, accroître ses défenses de façon préventive, afin de neutraliser le vrai virus s’il venait à nous infecter.

2. Le vaccin Moderna ressemble-t-il à celui de la grippe ?

Pas du tout. Les vaccins dits « conventionnels » peuvent être faits de virus inactivés (polio, grippe), atténués (rougeole, fièvre jaune) ou tout simplement de protéines appelées antigènes (hépatite B).

Le vaccin Moderna, lui, co-développé avec les scientifiques de l’Institut national des maladies infectieuses, est fondé sur une technologie récente (Moderna n’a été créée qu’en 2010), qui n’avait encore jamais fait ses preuves : l’ARN messager.

Comme pour le vaccin de Pfizer et BioNTech, des instructions génétiques pénètrent directement les cellules humaines, qu’elles reprogramment pour qu’elles fabriquent elles-mêmes un antigène du coronavirus… afin de déclencher une réponse du système immunitaire.

Ces brins d’instructions génétiques sont appelés « ARN messager », car cette molécule dit à nos cellules ce qu’il faut fabriquer.

3. Comment fonctionne l’ARN messager ?

Fabriqué en laboratoire, il s’insère et pirate (pacifiquement) la machinerie de nos cellules pour leur faire fabriquer des protéines (ou « antigènes ») spécifiques du coronavirus : ses « spicules ». Ce sont ces pointes si reconnaissables qui ornent sa surface et lui permettent de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer.

Ces protéines, inoffensives en elles-mêmes, vont être libérées par nos cellules et livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps. Ces anticorps vont rester, montant la garde, capables de reconnaître et de neutraliser le coronavirus s’il venait à nous infecter.

A priori cette technique n’est pas dangereuse. À aucun moment le virus SARS-CoV-2, même inactivé, n’est injecté. Et cet ARN messager ne peut pas s’intégrer dans notre génome.

4. Comment s’administre le vaccin Moderna ?

Le vaccin se fait en deux injections séparées de quatre semaines. Il doit être transporté à -20 °C (contre -70 °C pour celui de Pfizer, qui nécessite donc des super-congélateurs), mais pourra ensuite être stocké décongelé dans un réfrigérateur (2 à 8 °C) pendant 30 jours.

5. Efficace à 94,5 %, c’est beaucoup ?

Oui. Ce résultat, affirmé par Moderna, signifie que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94,5 % entre le groupe placebo (traité sans qu’il le sache sans aucun vaccin) et le groupe vacciné du grand essai clinique en cours sur 30 000 personnes aux États-Unis.

Selon l’analyse préliminaire des tout premiers cas, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné.

6. Efficace, d’accord, mais pour combien de temps ?

C’est la grande question. On ignore encore la durée de la protection conférée par le vaccin, ce que seul le temps révélera.

Mais si ce niveau d’efficacité était le même dans la population générale, ce serait l’un des vaccins les plus efficaces qui existent, comparable à celui contre la rougeole, efficace à 97 % en deux doses, et bien meilleur que celui contre la grippe (19 à 60 %), selon les Centres américains de lutte contre les maladies.

Rappelons que le vaccin de Pfizer aurait une efficacité de 90 %, et le vaccin russe Spoutnik V de 92 %, selon des premiers résultats communiqués la semaine dernière.

7. A-t-on constaté des effets secondaires ?

Environ 9 à 10 % des personnes vaccinées ont éprouvé de la fatigue et des courbatures après la seconde dose, et dans une moindre proportion d’autres effets secondaires dont maux de tête et rougeur autour du point d’injection.

8. Quand le vaccin sera-t-il mis sur le marché ?

Moderna demandera une autorisation de mise sur le marché dans les prochaines semaines aux États-Unis, où la production a déjà commencé. Elle devrait être lancée d’ici la fin de l’année en Suisse dans les usines du groupe Lonza.

Si le vaccin était approuvé, la rapidité de développement serait une prouesse scientifique, moins d’un an après la sortie du virus de Chine.

Rappelons qu’il a fallu neuf ans, dans les années 1950, pour développer et autoriser le vaccin contre la rougeole. La durée moyenne de développement des 21 vaccins approuvés depuis dix ans par la FDA fut de huit ans.

9. Combien de doses Moderna pourrait-elle fabriquer ?

La société prévoit de produire 20 millions de doses cette année, et entre 500 millions et un milliard en 2021, grâce à des sites de production et des partenaires industriels aux États-Unis, en Suisse et en Espagne.

10. Quelles ont été les réactions à cette annonce ?

Outre la satisfaction du patron de Moderna, Stéphane Bancel, qui s’est réjoui qu’aucun malade grave du Covid-19 n’a été enregistré parmi les personnes vaccinées, contre 11 dans le groupe placebo, les experts ont largement salué la nouvelle – malgré, il faut le préciser, l’absence de publication détaillée des résultats.

La lumière au bout du tunnel est de plus en plus vive, a réagi le médecin, professeur à Harvard et auteur Atul Gawande, qui a rejoint l’équipe conseillant le prochain président, Joe Biden, sur la pandémie. Nous aurons peut-être au printemps et à l’été de multiples vaccins très efficaces largement distribués.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment