Les grosses fesses aident les athlètes à courir plus vite selon une étude

Des experts de l’université de Loughborough en Angleterre ont découvert que les sprinters avec de grosses fesses peuvent courir jusqu’à 44% plus vite.

Les résultats complets de l’étude ont été publiés dans la revue Medicine and Science in Sports and Exercise.

Les experts ont fait cette découverte après avoir comparé les membres inférieurs d’hommes qui étaient soit des sprinters d’élite, soit des athlètes sous-élites ou non entraînés.

Les sprinteurs d’élite – ceux qui ont un record personnel de moins de 9,99 secondes aux 100 mètres – se sont avérés être non seulement plus musclés en général, mais aussi d’une manière très spécifique.

Alors que la taille des muscles de leurs mollets était similaire à celle de leurs homologues de la sous-élite, d’autres – dont le fessier et les extenseurs de hanches – étaient beaucoup plus gros.

Les chercheurs ont affirmé que ces résultats pourraient révolutionner l’entraînement physique et les performances de nombreux athlètes.

« Nous pensons que le sprint est influencé par de nombreux facteurs – technique, psychologie, nutrition, anatomie d’autres structures », a expliqué Jonathan Folland, l’auteur de l’article et expert en performance neuromusculaire, de l’université de Loughborough.

« Trouver un seul muscle qui semble si important, expliquant à lui seul près de la moitié de la variabilité, est remarquable »,  a-t-il ajouté.

« Il semble que la taille des muscles soit plus importante pour la course que nous le pensions et surtout la taille des extenseurs de la hanche et du grand fessier. L’implication logique est qu’avec un fessier plus grand, le coureur sera capable de générer plus de puissance et donc une plus grande vitesse de sprint.

Ainsi, l’augmentation de la taille du grand fessier en particulier – ainsi que des autres muscles extenseurs de la hanche – devrait améliorer les performances de sprint. »

« Je crois que cette ligne de recherche a le potentiel d’avoir un impact significatif sur les entraîneurs et les coachs travaillant avec des sprinters de haut niveau”, a déclaré Rob Miller, doctorant de l’Université de Loughborough.

M. Miller, qui est un coach physique et de conditionnement avec British Athletics, a ajouté : « il est inhabituel de trouver des recherches sur des athlètes d’élite et c’est passionnant d’avoir trouvé des caractéristiques spécifiques qui semblent différencier le bon du très bon. »

L’équipe s’appuie maintenant sur ces recherches pour réaliser une étude axée sur les femmes. Elle recueille également des données pour comparer l’anatomie musculaire des coureurs.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment