Madagascar: le directeur général de l’Office national pour l’environnement limogé

Le directeur général de l’Office national pour l’environnement (ONE) a été limogé par un décret abrogeant sa nomination. Une décret pris en Conseil des ministres le jeudi 16 juillet au soir, alors que le bâtiment de cette autorité malgache, situé dans le centre-ville de la capitale, avait brûlé le mercredi 15 juillet. L’édifice recensait en son sein toutes les archives de politique environnementale de Madagascar depuis près de 30 ans.

Pour la ministre de l’Environnement, Baomiavotse Vahinala Raharinirina, le limogeage du directeur général de l’ONE n’a pas de rapport avec l’incendie. Elle explique que sa demande d’abrogation a été soumise le 8 juillet, demande motivée par le besoin des orientations de l’IEM (Initiative Emergence Madagascar, le programme du président de la République). Elle a ensuite été validée jeudi 16 juillet en Conseil des ministres.

Le nom du futur directeur général devrait être proposé lors d’un prochain Conseil des ministres. Mais la coïncidence a perturbé l’opinion publique, sur les réseaux sociaux, puisque c’est la veille du limogeage que l’incendie a ravagé le bâtiment, l’un des plus anciens de la capitale.

Les archives de politique environnementale brûlées

« C’est la mémoire de la politique environnementale malgache depuis 1990 qui est partie », déplore Baomiavotse Vahinala Raharinirina. La numérisation ayant commencé tard dans l’administration publique, beaucoup de documents sont restés en version papier et ont brûlé pendant l’incendie. Si les ordinateurs ont été détruits, une partie des documents stockés sur le serveur, intact, pourrait être récupéré.

La ministre précise aussi que les litiges ayant trait au bois de rose ne sont pas traités par l’ONE, mais par deux autres entités étatiques.

Le Ministère de l’environnement a décidé de porter plainte contre X, dans le cas où la piste criminelle serait privilégiée. Le Général Ravalomanana, secrétaire d’État chargé de la gendarmerie, estime quant à lui qu’il est encore trop tôt dans l’enquête, au vu des éléments rassemblés, pour se prononcer.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment