L’armée de Terre doit se préparer à des conflits de haute intensité, selon l’état-major

En France, l’état-major de l’armée de Terre a rendu public son plan stratégique pour les dix prochaines années. L’armée de Terre doit désormais se préparer à des conflits de haute intensité, assure son chef d’état-major, le général Thierry Burkhard.

Lorsqu’il évoque l’avenir, Thierry Burkhard est un général inquiet, « le rapport de force est devenu la règle sur la scène géopolitique mondiale sur fond de remilitarisation sans complexe », analyse-t-il froidement. Le chef d’état-major de l’armée de Terre constate aussi que sur le terrain les adversaires testent désormais assez durement ceux qui leur font face, sans avoir peur d’aller à l’incident.

Le récent accrochage en Méditerranée entre la frégate française Courbet et des navires turcs qui n’ont pas hésité à illuminer de leur commande de tir de missiles le navire français venu contrôler un cargo turc en est la parfaite illustration.

Le général Burkhard veut par conséquent préparer ses soldats à des conflits bien plus durs. « Mon ambition, souligne-t-il, est de forger une armée de Terre durcie prête à faire face aux chocs les plus rudes jusqu’à l’affrontement majeur ». Face à des crises régionales qui se multiplient, l’objectif de l’armée de Terre, qui compte 115 000 militaires, sera donc de consacrer son énergie à la préparation opérationnelle, une préparation étendue également à de nouveaux champs d’action comme le cyber. Une réorientation, en quelque sorte, pour être prêt à s’engager dans un conflit de haute intensité.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment