France: le secteur culturel en plein désarroi

En France, la pandémie de Covid-19 a mis à l’arrêt tous les festivals, tous les concerts qui devaient rythmer l’été. Les cinémas, les théâtres, et plus généralement tout le secteur du spectacle vivant s’apprêtent à vivre de longs mois sans travail. Les mesures qui seront annoncées mercredi 6 mai par le président Macron sont donc particulièrement attendues.

En France, la culture représente 1,3 million de personnes et 2,3% du produit intérieur brut. Un secteur à l’arrêt et qui le sera pour de longs mois encore. Si les librairies se préparent à rouvrir la semaine prochaine avec beaucoup de précautions sanitaires, deux mois de fermeture risquent de provoquer de nombreuses faillites.

L’impossible

Toute la chaîne du livre est grippée, les sorties sont repoussées, les droits d’auteur avec, les salons du livre annulés. Les salles de concerts ne se font pas d’illusion, elles seront les dernières à rouvrir. Une foule massée, debout et chantant, ce n’est pas pour demain. Les théâtres, les opéras, sont réduits au silence. Un rapport du professeur François Bricaire, transmis aux autorités, préconise la distance entre spectateurs, le port de masque, la suppression des entractes, le nettoyage systématique des instruments de musique, une distanciation des acteurs et des mises en scène adaptées. Autant dire l’impossible.

La création artistique en panne

Le spectacle vivant est touché de plein fouet, le printemps et l’été sont traditionnellement les saisons des festivals dans tout le pays et font travailler des centaines de milliers d’intermittents du spectacle. Tournages à l’arrêt, répétitions impossibles, la création artistique, elle, est aussi en panne.

« C’est très douloureux », nous confie Jean-Michel Ribes, qui dirige le théâtre du Rond-Point à Paris, un lieu convivial et d’échanges qui comprend plusieurs salles, un restaurant, une librairie… Comment respecter alors les règles de distanciation ? Pour ce théâtre public  relativement peu subventionné à 35 %, ce sont la recette et les évènements qui lui permettent de vivre.

Le secteur a besoin d’un plan d’envergure pour se projeter et attend des mesures à la hauteur de la crise.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment