Deuxième phase de l’enrôlement des Burkinabè de Côte d’Ivoire : Il y’a problème !

Officiellement lancée ce 04 Janvier 2020, la seconde phase de l’opération d’enrôlement des électeurs Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire, en vue de la présidentielle d’Octobre 2020 au Burkina Faso, déclenche déjà des vagues dans les états-majors de l’opposition politique. Ce Dimanche 12 Janvier, la fédération UPC-CI, à l’initiative de son Secrétaire national chargé de la jeunesse, GOLO Amadou et de son Secrétaire national chargé de la Formation politique, Marcel ZINSONNI, a animé une réunion d’informations avec les militants et sympathisants de cette formation libérale, dans le quartier d’Anono à Abidjan.

A l’ordre du jour, la reprise du processus d’enrôlement qui doit s’achever le 25 Janvier prochain. Visiblement inquiet de la persistance de certaines rumeurs qui enflent à propos de tentatives d’enrôlements parallèles, le Secrétaire national de la jeunesse de l’UPC-CI, GOLO Amadou, a dit soupçonner ‘’le MPP de vouloir créer un bétail électoral en Côte d’Ivoire’’. ‘’Des ministres, par le biais des associations sont entrain de financer l’acquisition de cartes d’électeurs avec l’argent du contribuable’’ a-t-il accusé. Selon lui, ‘’la machine à fraude du MPP est déjà en marche’’. Face à ces risques de fraude qui tendent à saper la fiabilité du processus électoral, GOLO Amadou a exhorté les militants et sympathisants de l’UPC en Côte d’Ivoire, ‘’à rester vigilants’’. ‘’Si on vous dit qu’on enrôle dans telle école, n’y allez pas. Parce que vous ne savez pas ce qu’ils vont faire de vos pièces’’, a-t-il averti avant de mettre en garde contre d’éventuelles tentatives de corruption dont pourraient être  victimes certains militants et sympathisants de l’UPC, au moment du vote. Neuf mois avant le scrutin, le Secrétaire national chargé de la jeunesse de la Fédération UPC-CI, a tenu à mettre ses troupes en ordre de bataille ‘’jusqu’au soir de la présidentielle en Octobre’’.

Pour y arriver, seul un enrôlement mené dans des conditions régulières compte. C’est sur ce point que tous les intervenants à la table de séance de cette réunion d’informations, dont le Secrétaire national chargé de la formation politique, Marcel ZINSONNI, ont particulièrement insisté. ‘’Nous devons nous ramasser pour nous rendre au consulat’’, a martelé Marcel ZINSONNI qui a mis le parti au pouvoir à Ouagadougou en garde contre toute tentative de fraude, durant ces deux semaines d’enrôlement, en appelant les militants de l’UPC à se tenir ‘’sur pied pour chasser ceux qui veulent empêcher la victoire de l’UPC’’ en 2020.

Après une première phase vivement critiquée, qui s’est tenu entre le 13 Mars et le 02 Avril 2019, la deuxième et dernière étape de l’enrôlement des Burkinabè de Côte d’Ivoire a repris depuis ce 09 Janvier, sur fond de rumeurs de fraudes, alors qu’une bonne partie de l’opposition politique Burkinabè représentée en Côte d’Ivoire, continue à dénoncer le caractère biaisé de l’opération qui n’a que pour seul site à Abidjan, le consulat du Burkina Faso dans la capitale économique Ivoirienne.

Raoul MOBIO, Netafrique.net

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment