Gaz butane : Pourquoi il y a crise ?

La fin de la crise du gaz butane n’est pas pour demain. Les opérateurs gaziers en crise d’argent ne sont pas en mesure de rouvrir le robinet. L’Etat reste insensible au cri de cœur.

Cela fait exactement 1 mois et 11 jours que les importateurs de gaz butane connus sous le nom du groupement des professionnels du gaz domestique, ont pris la décision d’arrêter toute importation de ce combustible. L’arrêt de leurs activités a officiellement commencé le 30 novembre 2019. Auparavant, le groupement composé de 8 sociétés importatrices et distributrices de gaz butane (Sigaz, Coumba gaz, Kama gaz, Fasogaz, Dilli gaz, Bama gaz, Sodigaz et MG gaz), présidé par Oudiary Diawara avait informé le ministre du Commerce et de l’Industrie, Mohamed Ag Erlaf, de cette décision.

Le motif invoqué dans la lettre adressée au ministre Ag Erlaf est que leur trésorerie amochée ne leur permet plus d’importer le précieux combustible à partir de la date indiquée. Ce produit se paye au comptant avec des sociétés intermédiaires dans des pays voisins (Côte d’Ivoire, Bénin, Togo, Ghana, etc., eux-mêmes importateurs de la précieuse matière). L’Etat, à travers le ministère de l’Economie, a institué la subvention, mais ne parvient plus à honorer ses engagements financiers vis-à-vis de ses partenaires du groupement des opérateurs gaziers depuis des années. Les arriérés cumulés s’élèvent à plus de 7 milliards de F CFA.

Alors que cette même subvention permet de rendre le gaz accessible aux portefeuilles des consommateurs à des prix modérés car l’Etat prend une partie qu’il rembourse aux opérateurs gaziers grâce à un système de péréquation. Tout le problème réside à ce niveau puisque l’Etat, à cause de la situation économique difficile, ne parvient plus à faire face à certaines charges.

Oudiary Diawara en veut à l’Etat à cause de son incapacité à trouver un mécanisme pour pérenniser la subvention à travers la mise en place d’un fonds gaz. Il dénonce un manque de volonté et de compétence à démarcher des organismes internationaux de sauvegarde du climat qui disposent des moyens financiers pour ce genre d’activité. “Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin, le Togo, etc. qui ne sont pas producteurs de gaz, consomment chacun entre 100 000 à 200 000 t de gaz. Ils ont pu adopter un fonds gaz, pourquoi pas nous qui ne consommons que 17 000 tonnes par an ?”, s’interroge M. Diawara.

Pour mettre à nu la mauvaise volonté des décideurs, M. Diawara affirme que les autorités n’ont pas jusqu’à présent réagi. Selon lui, son groupement a refusé il y a quelques jours, une réunion convoquée par la direction générale du Commerce et de la Concurrence avec l’Office national des produits pétroliers (Onap). “Nous ne sommes pas intéressés par une telle rencontre qui n’apporte aucune réponse à notre problème. La solution est entre les mains du ministère de l’Economie et des Finances”, soutient M. Diawara.

Le groupement professionnel des opérateurs gaziers, à travers son président invite l’Etat à se désengager définitivement du secteur s’il n’est pas en mesure de prendre en charge la subvention. “Que l’Etat nous laisse vendre le gaz au prix normal s’il n’est plus capable financièrement. En ce moment, nous allons mener nos activités comme tous les autres commerçants”, martèle M. Diawara.

Nos braves ménagères et tous les autres utilisateurs de gaz butane doivent encore se contenter du bois ou du charbon de bois. Ce qui va davantage grever leur bourse et provoquer un coup de massue sur la tête de tous les défenseurs de l’environnement. Le risque est grand d’en arriver là en ce sens que la libéralisation du prix du gaz signifiera cherté du produit pour le citoyen moyen. Or apparemment, l’Etat est financièrement essoufflé pour continuer à supporter la subvention et n’a pas la tête non plus à démarcher des bailleurs de fonds pour s’acquitter de la note.

Abdrahamane Dicko

PENURIE DE GAZ

Pour faute de moyen financier, les professionnels du gaz ne peuvent plus importer

 

Selon Oudiari Diawara, président du groupement des professionnels de gaz domestique, la pénurie de gaz au Mali s’explique par l’incapacité des entreprises à importer le gaz à cause d’un problème de trésorerie. Il précise qu’il n’y a pas de grève, ni de rétention de gaz.

“L’Etat doit nous rembourser environ sept milliards de F CFA pour nous permettre d’approvisionner le pays en gaz”, a affirmé hier le président du groupement, Oudiari Diawara, gérant de Sodigaz, au cours d’un point de presse. “Nous sommes en difficulté pour manque de fonds, d’argent”, précise-t-il.

Selon lui, depuis plus de trois décennies, le Mali, à l’instar des autres pays du Cils a institué la subvention du gaz pour préserver l’environnement. Le gaz, ajoute-t-il, a été trouvé comme moyen palliatif pour soutenir les populations. “Contrairement à ce que certains pensent, l’Etat ne soutient pas les opérateurs gaziers, mais plutôt les populations. Les opérateurs maliens achètent le gaz à Dakar, Abidjan, Niamey ou ailleurs, puis ils le transportent au pays en payant les taxes et autres frais. Nous vendons le gaz ici à un prix moyen au profit de la population”, explique M. Diawara.

Ainsi, c’est l’Etat qui détermine la structure du prix qui donne le kilo à 1004 F CFA. Six kilos fait donc 6025 F CFA. Mais, ces bouteilles de six kilos sont vendues à 3500 F CFA. C’est l’Etat qui se propose de rembourser plus de 2 525 F CFA, appelé différentielle de prix. Selon nos informations, c’est à travers l’Amader que l’état général des arriérés est fait et le mandat est envoyé au trésor pour payement. Depuis octobre 2018, les opérateurs n’ont pas été payés, ce qui a provoqué une crise de trésorerie.  “Nous avons donc arrêté nos activités vers  novembre 2019. Avant, nous avons informé le ministre du Commerce et de l’Industrie de cette décision. Il n’y a pas eu de solutions. Des mandats sont impayés, des factures ne sont pas encore traitées et nos partenaires ne peuvent plus aussi continuer à nous donner en crédit”, regrette M. Diawara.

Il insiste : “nous nous inscrivons en faux contre les rumeurs selon lesquelles nous exportons du gaz dans les pays voisins. C’est faux, car ici on vend 3500 F CFA contrairement chez nos voisins où le six kilos varie entre 2000 F CFA et 2300 F CFA, selon les pays”.

Sory I. Konaté

PENURIE DE GAZ BUTANE A BAMAKO

La galère des ménagères

Il n’y a pas de gaz. Les premières à en pâtir sont les ménagères habituées au gaz. C’est la galère dans les cuisines !

 

Bien que l’utilisation du gaz butane peine à se généraliser dans notre pays le Mali, certaines familles commencent à s’y familiariser. L’inquiétude des femmes sur la situation actuelle est énorme. Adam Coulibaly est ménagère à Hamdallaye. Elle souffre énormément de cette situation qui semble interminable : “cela fait plusieurs années maintenant que j’ai diminué ma consommation du charbon et de bois. Je me suis habituée à cuisiner avec le gaz car c’est plus rapide et plus pratique. Mais aujourd’hui, avec cette pénurie, je suis obligée de retourner au charbon de bois car cela fait plusieurs jours maintenant que je n’ai plus de gaz à la maison. Mais à quand la fin de cette situation ?”.

Adam n’est pas la seule dans cette situation. Pour Ramata Diarra femme au foyer, cette rupture récurrente de gaz sera un coup dur pour elle, car elle est aussi obligée de retourner à la manière traditionnelle dont le charbon de bois. Selon elle, ce combustible devient de plus en plus cher, et son portefeuille va en souffrir.

A défaut de sa mère, on tète sa grand-mère. Les ménagères retournent au bois !

 

Zeïnabou Fofana

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment