Les élections législatives dans la ligne de mire de l’imam Mahmoud Dicko

A la veille des élections législatives, les ambitions politiques de certains mouvements politico-religieux pour la conquête du pouvoir démocratiquement se précisent. Les soutiens du charismatique ancien président du Haut conseil islamique du Mali l’imam Mahmoud Dicko annoncent leur projet d’élire des députés à l’Assemblée nationale.

-Maliweb.net-  Les prochaines élections législatives risquent d’être  le baptême de feu  de certains religieux influents dans l’arène politique malienne.  Jusque-là ils s’étaient contentés à donner des consignes de vote à leurs disciples et sympathisants lors des précédents scrutins électoraux.

Lancée, au lendemain du départ de  l’imam Mahmoud Dicko, à la tête du Haut conseil islamique du Mali,  devant des milliers de personnes dans l’emblématique palais de la culture de Bamako, la coordination des mouvements, associations et sympathisants de cet imam influent ne cache plus son ambition pour la politique, voire d’avoir des élus nationaux à l’hémicycle.

En tout cas, c’est ce que le coordinateur de la CMAS a affirmé dans une vidéo dont le contenu suit.  « La CMAS est une organisation politique qui mènera des actions politiques pour conquérir le pouvoir démocratiquement. Dans ce cadre, il mettra en place un bureau politique, ce dimanche 12 janvier, en commune I du district de Bamako. Tous ceux qui désirent être candidats sont priés de signer les statuts et règlements du CMAS », a indiqué le porte-parole de la coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko, Issa Kaou Djim dans cette vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux.

Il a invité  toutes les personnes désirant être membre  de la coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko à prendre les cartes  en réitérant toujours  que la  CMAS est un mouvement politique qui ambitionne conquérir le pouvoir dans le cadre de la démocratie.  « Nous voulons jouer notre rôle dans l’exercice démocratique de notre pays. Notre devise est notre foi et notre dignité pour servir la patrie », a précisé le coordinateur du CMAS, ajoutant que le Mali est composé de musulmans, de chrétiens et  des animistes, mais les affaires judiciaires ne sont jamais tranchées avec le saint Coran ni avec la sainte Bible encore moins avec un fétiche.

« Mais si cet ensemble décide d’élire des députés à l’Assemblée nationale, les lois qu’ils légiféreront au nom du peuple seront  la vision de la CMAS. Nous pensons que cela ne doit pas être un problème. La CMAS va  travailler à répandre  cette vision », a conclu Issa Kaou Djim.

L’imam Mahmoud Dicko, fidèle compagnon du chérif de Nioro du Sahel, Bouyé Haîdara, est réputé pour ses capacités à  rassembler  des foules  dans les stades et les grandes artères de Bamako.  Il s’est distingué dans ces dernières années par ses critiques virulentes contre la mauvaise  gouvernance émaillée par la  corruption devenue endémique, à l’injustice, le népotisme et le favoritisme.  Il n’hésite pas à interpeller le  Président IBK “à prendre ses responsabilités” avant que le peuple ne s’assume. L’imam Dicko a joué un grand  rôle  dans la grande manifestation du  05 avril 2019, qui a précipité le départ du premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. Aujourd’hui, cet imam influent semble mettre en exécution ses mises en garde en positionnant ses soutiens pour les élections législatives même si lui-même ne serait pas candidat.

Siaka DIAMOUTENE

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment