Arrestation du maire Abba Niaré et autres : Ce que lui reproche le personnel de la mairie de la Commune II

L’arrestation du Maire Abba Niaré et de deux de ses présumés complices, ne semble émouvoir personne, ni les familles fondatrices de Bamako, ni le personnel de la mairie de la commune II ! Les premières lui reprochent de s’être totalement désolidarisé des affaires de la Famille depuis son élection. Le second, à savoir le personnel de la Mairie de la Commune II a plusieurs fois contesté son leadership à travers deux mouvements de grève. Voici leurs griefs.

Les travailleurs de la mairie de la commune II ont en effet observé une grève de 48 heures, les 5 et 6 novembre 2018 et autre, illimitée à partir du 04 février 2019.

A l’origine de leur colère, le retard dans le paiement des salaires (un semblant d’accord est intervenu après le paiement de deux mois d’arriérés de salaire et puis, plus rien), le non-reversement des cotisations (AMO, CMSS, INPS), la mauvaise gestion, etc.

306 travailleurs de la mairie de la commune II du district de Bamako ont en effet observé une grève de 02 jours à compter du 5 novembre 2018.

Les trois points de revendications portent sur : «le paiement régulier des salaires et accessoires de salaires (AMO, CMSS, INPS) ; le paiement intégral et sans délai des cotisations des travailleurs non versés, à L’INPS, CMSS (12 mois), l’AMO (07 mois), et rétablissement immédiat des prestations déjà suspendues, et enfin, le paiement régulier des remises (4%) consenties par le conseil communal aux agents de recouvrement».

Les travailleurs déplorent en effet le retard permanent dans le reversement des cotisations INPS, AMO, CANAM, CMSS… » ; S’y ajoutent «des dysfonctionnements notoires de l’Administration et la mauvaise gestion des ressources de la Mairie».

Les travailleurs sont en effet excédés par des cas de détournements des cotisations d’un montant d’un peu moins de 700 Millions Francs CFA non reversées aux différentes services de protection sociales ;  les retards de salaires… Les syndicalistes dénoncent la mauvaise gestion des autorités communales en tête, le maire de la commune II Monsieur Abba NIARE qui, selon eux, est en outre inaccessible.

Au total 306 travailleurs dont 99 fonctionnaires des collectivités sont aujourd’hui sans salaires depuis deux mois (Septembre et octobre 2018). Le hic, est que les caisses de la mairie sont vides. Aux dernières nouvelles, en vue d’apaiser la situation, le Mairie a payé deux mois de salaires. Ce qui ne représente qu’une goutte d’eau dans la mare.

Selon les syndicalistes, les autorités communales actuelles n’ont aucune volonté de mettre fin à cette situation de retard des salaires des travailleurs.

Les non-dits d’une grève

Les motifs de cet arrêt de travail sont nombreux. Il s’agit de problèmes administratifs et aussi d’ordre politique. Il faut dire que le Maire est politiquement très contesté, voire illégitime. Son parti (le RPM) a obtenu la majorité au forceps. Les résultats des urnes des suites du scrutin communal ont été tripatouillés et les requêtes des détracteurs ont été favorablement accueillies par le tribunal de la Commune II lequel a procédé à d’importantes corrections devant normalement coûter le fauteuil du maire Niaré. Mais il nous revient qu’IBK lui-même voulait Abba ici et nulle part ailleurs. Il en fut ainsi. Conséquence : le maire en question ne disposa d’aucune légitimité politique. En clair, il a été imposé nonobstant les tentatives de redressement de la justice.

Mais c’est plus la gestion du maire que sa coloration politique qui est en cause. «A l’heure où je vous parle, témoignent un agent, tous les ordinateurs des états civils sont en panne… Pendant qu’on y est, vous avez remarqué à l’instant qu’EDM vient d’interrompe la fourniture d’électricité à la mairie de la commune II pour cause de plusieurs mois d’impayés équivalant à 40 millions Franc CFA… ».

Rappelons que la quasi-totalité des requêtes sont toujours à l’ordre du jour (lire encadré). Les travailleurs attendent toujours.

Sidiki Magassouba

 

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment