Frank Simon sermonne Habib Bèye : « Il faut respecter les gens, respecter le Ballon d’Or, il n’est pas… »

La polémique enfle depuis l’octroi du Ballon d’Or 2019 à Lionel Messi. Grand Reporter à France Football, Frank Simon a tenu à répondre à certains détracteurs dont Habib Bèye. Ce, dans un entretien paru dans l’Observateur. Nous vous proposons quelques extraits.

« Ce que j’entends dépasse l’entendement »

« Je comprends par extension que le public sénégalais et africain soit déçu. En revanche, je ne comprends pas et condamne toutes les attaques, les mesquineries, toutes les choses méchantes que j’entends et lis depuis hier (lundi) sur les réseaux sociaux et les télévisions à l’encontre de « France Football », un titre pour lequel je travaille depuis 1971, sur le jury « France Football » et sur nos personnes. Ce que j’entends dépasse l’entendement. »

« Ces histoires de continent, de couleur de peau… »

« Moi-même, je suis déçu. Des dizaines de millions de personnes sont déçues, notamment les supporteurs de Mané, qui ne sont pas seulement en Afrique. Il faut casser ces histoires de continent, de couleur de peau. C’est totalement indigne. Tout le monde n’a pas la finesse d’analyse d’Habib Beye. Mais il n’est pas journaliste. C’est un consultant, un ancien professionnel. Habib est libre d’exprimer son opinion à condition de rester dans les clous. Il faut respecter les gens, respecter ce qu’est « France Football » et le Ballon d’Or. »

« Je n’osais même pas espérer une victoire de Sadio »

« Je me disais que Sadio Mané a le visage de quelqu’un qui pouvait monter sur le podium. Après, contrairement à certains médias africains et certains analystes comme Habib Bèye, qui, lui, a fait campagne, du lobbying pour son poulain, je n’osais même pas espérer une victoire de Sadio. Pour une raison assez simple: il y avait beaucoup de joueurs de Liverpool sur cette liste. On l’a vu l’an dernier avec l’équipe de France championne du monde (2018), les votes concernant les joueurs français ont été dilués. »

« Le vote de certains africains »

« Il faut aussi s’interroger sur le vote de certains jurés africains qui n’ont pas saisi l’opportunité d’honorer le meilleur footballeur africain. Des jurés africains n’ont même pas donné de point à Sadio. Certains ont eu des difficultés dans la communication et n’ont pas pu voter. En revanche, il y en a qui ont voté hors délais. Le pire exemple, c’est le Mali. Quand on reçoit l’email avec la feuille de route, on sait qu’il y a une date butoir. Il a été relancé plusieurs fois. Mais son vote n’a pas été pris en compte puisque arrivé hors délais. »

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment