Réactions au Mexique après des déclarations de Trump sur les cartels de drogue

Les déclarations de Donald Trump, qui a l’intention de classer les cartels de la drogue comme des groupes terroristes, ont provoqué des réactions critiques des Mexicains, aussi bien du côté des secteurs politiques que du gouvernement.

« Coopération oui, interventionnisme non ! » C’est en ces termes que s’est exprimé, mercredi 27 novembre, le président Lopez Obrador, en réaction aux déclarations de son homologue américain Donald Trump.

Mais il n’en a pas vraiment dit plus, préférant se limiter à ce slogan. Et éviter ainsi toute polémique à la veille de la fête de Thanksgiving aux États-Unis. Une fête qu’il veut respecter, car importante pour les Américains.

En revanche, le ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard, s’est empressé de réagir, précisant que son pays ne permettrait aucune action qui s’apparenterait à une violation de sa souveraineté nationale.

Selon ses dires, il aurait même déjà pris contact avec l’administration américaine pour parler de ce thème susceptible de tendre les relations bilatérales, explique notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe.

Marcelo Ebrard C.

@m_ebrard

Nuestra posición

Voir l'image sur Twitter

9 802

 · Cuauhtémoc, Distrito Federal
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
6 747 personnes parlent à ce sujet

En cause, une interview téléphonique dans laquelle Donald Trump, interrogé sur la perspective de désigner les cartels comme des groupes terroristes, répond : « Je vais les désigner oui, absolument. »

« Déclarer la guerre aux cartels »

Début novembre, trois femmes et six enfants d’une communauté mormone américaine établie dans le nord du Mexique ont été tués lors d’une attaque attribuée aux cartels, très influents dans la région frontalière.

« Si le Mexique a besoin ou demande de l’aide pour se débarrasser de ces monstres, les États-Unis sont prêts, volontaires et capables de s’engager pour faire le boulot rapidement et avec efficacité », avait tweeté M. Trump.

Environ 26 000 personnes sont mortes depuis le début de l’année au Mexique, où la propagation de la violence pourrait donner lieu à un nouveau record en 2019. Washington demande à Mexico de « déclarer la guerre » aux cartels.

Mais pour le gouvernement mexicain, comme pour les législateurs et les partis politiques, il n’est en effet pas question d’accepter que les cartels de la drogue soient considérés comme des organisations terroristes.

Car cela impliquerait que les États-Unis puissent procéder en territoire mexicain à des incursions, qui pourraient être vues comme un premier pas vers une intervention militaire.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment