Radio France: début d’une grève contre un plan de départs volontaires

C’est ce lundi le début d’une grève qui touche la radio publique Radio France – dont RFI ne fait pas partie. Quatre syndicats appellent à cesser le travail contre un plan de départs volontaires. Un plan qui s’inscrit dans un contexte de réforme de l’audiovisuel public, appelé à faire des économies.

En apparence, c’est un cruel paradoxe pour les radios publiques comme France Inter, France Culture ou France Info. Leurs audiences sont bonnes, voire très bonnes, mais la direction a décidé de supprimer 299 emplois sur un effectif total de 4 400 personnes.

La direction de Radio France doit trouver 60 millions d’euros pour boucler son budget. 20 millions d’économies sont exigées par le gouvernement qui serre la vis pour tout l’audiovisuel public, auxquelles s’ajoutent 20 millions d’augmentation de charges et 20 millions pour développer le numérique.

76 emplois devraient être créés dans ce secteur du numérique (podcasts, vidéos, réseaux sociaux), un secteur jugé stratégique par la direction et où la concurrence est de plus en plus rude avec l’arrivée, sur le marché de la radio, de géants comme Spotify.

Plusieurs préavis de grève

Les postes supprimés concernent l’entretien des bâtiments, les techniciens, les réalisateurs et les choristes. Radio France compte en effet quatre formations musicales.

L’UNSA et Sud ont déposé un préavis de grève pour la seule journée de ce lundi. La CFDT et le Syndicat national des Journalistes, appellent, eux, à cinq jours de grève, tandis que la CGT, très puissante dans la technique, a lancé un mot d’ordre de grève illimitée.

Ce mouvement sonne aussi comme un avertissement au gouvernement, l’ensemble de l’audiovisuel public français devant être regroupé dans une seule holding d’ici 2022.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment