Des téléphones Huawei qui présentent Taïwan comme chinoise interdits à la vente

Les autorités taïwanaises ont interdit la vente de trois modèles de « smartphones » Huawei, qui présentaient – dans leurs réglages – l’île comme étant une partie de la Chine.

« Taïwan, Chine ». Voilà ce que l’on pouvait trouver dans les réglages de trois modèles de téléphones commercialisés par Huawei sur l’île, notamment dans la rubrique du fuseau horaire. À partir de ce jeudi, le P30, P30 pro et Nova 5T sont interdits à la vente, a annoncé la Commission nationale taïwanaise des communications (NCC).

Le gouvernement taïwanais a donc choisi de ne pas se laisser faire. Cela fait en effet plusieurs mois que la Chine exerce une pression diplomatique maximale à l’encontre de Taïwan. Et dans cette arène, la question du nom officiel de cette île est centrale. La Chine demande ainsi aux entreprises qu’elles nomment Taïwan en tant que province chinoise, et non en tant que pays.

Message fort à destination de Pékin

La décision d’interdire la vente de ces trois smartphones était en discussion à Taïwan depuis plusieurs mois. Elle représente un message fort à destination de Pékin. Mais comme le note le chercheur français Stéphane Corcuff, « Taipei fait ici un simple rappel des faits ».

Car cette île de 23 millions d’habitants fonctionne effectivement de manière autonome et démocratique. Cette décision est aussi un message à destination des Taïwanais qui doivent élire en janvier leur président et un nouveau Parlement. La présidente sortante Tsai Ing-wen confirme ici sa position ferme à légard de Pékin.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment