Vol MH17: des conversations entre suspects et responsables russes dévoilées

Nouveaux développements dans l’enquête sur la destruction du vol MH17 en juillet 2014 au-dessus de l’Ukraine. L’équipe internationale d’enquêteurs (JIT) placée sous la direction des Pays-Bas est de plus en plus convaincue de l’influence de Moscou sur les rebelles pro-russes soupçonnés d’avoir abattu l’avion. Elle publie des enregistrements de conversations téléphoniques censées étayer ces soupçons.

Dans l’un des extraits des conversations interceptées, un rebelle pro-russe annonce à son interlocuteur en juillet 2014 que des hommes du ministre russe de la Défense Sergueï Shoïgu vont arriver à Donetsk pour remplacer des chefs de guerre locaux.

Les enquêteurs internationaux font état d’échanges téléphoniques presque quotidiens entre les dirigeants de la République auto-proclamée de Donetsk et leurs contacts dans la Fédération de Russie, parmi lesquels Vladislav Sourkov, le conseiller de Vladimir Poutine, chargé notamment de l’Ukraine.

« Les relations, semble-t-il, étroites entre les dirigeants de la République de Donetsk et des membres du gouvernement russe soulèvent des questions quant à leur possible implication dans le déploiement du missile, qui a abattu le vol MH17 », affirment les enquêteurs, tout en lançant de nouveaux appels à témoins.

Le communiqué met en exergue plusieurs questions qui restent sans réponse : Vladislav Sourkov ou Sergueï Shoïgu ont-ils joué un rôle dans la conduite des hostilités dans l’est de l’Ukraine à l’été 2014 ? Ces personnes ont-elles participé au déploiement du système de défense aérienne BUK le 17 juillet 2014, s’interrogent les enquêteurs, tout en lancant de nouveaux appels à témoins.

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova dénonce des éléments « non confirmés, voire faux », destinés, selon elle, à « accréditer une décision judiciaire déjà prise ».

Le procès du vol MH17 doit s’ouvrir le 9 mars prochain en banlieue d’Amsterdam.  Trois suspects russes et un Ukrainien seront jugés pour homicide.

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines effectuait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur lorsqu’il a ététouché le 17 juillet 2014 par un missile alors qu’il survolait la région de Donetsk. Aucune des 298 personnes qui se trouvaient à bord n’a survécu.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment