Le parti travailliste britannique victime d’une cyberattaque «de grande ampleur»

Le parti travailliste britannique a été victime d’une cyberattaque en pleine campagne pour les législatives du 12 décembre. Cet incident survient alors que le gouvernement de Boris Johnson est accusé de bloquer la publication d’un document sur des ingérence russes au Royaume-Uni.

Le Labour parle d’une opération « sophistiquée et de grande ampleur » menée lundi contre ses plates-formes numériques. Il ne dit rien, en revanche, sur l’origine de cette attaque et les systèmes ciblés.

En déplacement à Blackpool dans le nord-ouest du pays, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a assuré qu’aucune information n’avait été piratée grâce à un robuste système de sécurité utilisé par le parti. Cela ne l’a pas empêché de s’avouer « nerveux » à l’idée que cette cyberattaque pourrait préfigurer d’autres tentatives de faire dérailler la campagne pour les législatives du 12 décembre.

Cette attaque survient en pleine polémique sur un rapport parlementaire à propos de possibles ingérences russes dans la politique britannique, que le gouvernement refuse de publier avant le scrutin. L’étude examine les tentatives de Moscou d’influencer le référendum de 2016 sur le Brexit, mais aussi des tentatives d’infiltration du parti conservateur de Boris Johnson. La Russie a été accusée à de nombreuses reprises de mener des campagnes de désinformation sophistiquées à travers le monde pour défendre ses intérêts.

De passage à Londres pour la promotion d’un livre, Hillary Clinton a jugé « honteux » que le gouvernement de Boris Johnson bloque la publication du rapport. Ancienne candidate à la présidentielle américaine de 2016, la démocrate avait échoué face à Donald Trump après une campagne marquée par une ingérence de la Russie, confirmée par les services de renseignements américains.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment