D’après le Secours catholique, la précarité des étrangers en France s’aggrave

Le Secours catholique-Caritas France a publié ce 7 novembre son rapport statistique annuel sur la pauvreté en France, consacré cette année à la précarité des étrangers.

Le rapport du Secours catholique-Caritas France attire cette année l’attention sur la précarité des étrangers qui sont accueillis par les 3 500 équipes de l’association réparties sur le territoire.

En 2018, le Secours catholique a reçu près de 1,4 million de personnes. 43% d’entre elles venaient de l’étranger. Et cette proportion augmente d’année en année, effet d’un durcissement de la politique migratoire, selon Laurent Giovannoni, l’un des responsables de l’association : « C’est une des raisons essentielles pour lesquelles la proportion de personnes étrangères accueillies dans nos accueils augmente. C’est qu’ils viennent chez nous parce qu’ils ne trouvent plus de portes ouvertes ailleurs, justifie-t-il. Le Secours catholique reste l’une des dernières bouées pour les personnes les plus pauvres. Et effectivement, ce que nous constatons, c’est l’augmentation significative de la pauvreté, du fait que 57% des personnes étrangères que nous accueillons n’ont pas droit au travail. Ce qui crée des situations de grande précarité. »

70% sous le seuil de pauvreté

Le processus d’intégration des étrangers est devenu aussi beaucoup plus long et difficile : « Ce durcissement a un effet retardateur, estime le responsable. Ce qui, il y a quelques années encore, pouvait prendre cinq à dix ans met maintenant peut-être dix ou quinze ans. La durée de pauvreté est plus longue et les gens ont de plus en plus de mal à avoir accès à certains droits. Donc, ce qu’on appelle l’intégration en tout cas, qui est le fait d’arriver à des conditions de vie semblables à celles de tout un chacun est différée. »

Selon le rapport du Secours catholique, 20% des étrangers présents en France depuis plus de dix ans n’ont aucune ressource et 70% vivent sous le seuil de pauvreté.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment