Le Drian en Irak pour négocier le transfert des jihadistes français de Syrie

Le chef de la diplomatie française est à Bagdad, ce jeudi 17 octobre, pour discuter de la possibilité de transférer et de juger en Irak des jihadistes étrangers, dont 60 Français, actuellement aux mains des Kurdes syriens.

Ce jeudi 17 octobre, Paris et Bagdad tentent de se mettre d’accord sur le sort des combattants étrangers retenus dans le Nord-Est syrien et la manière de les juger.

Aucune annonce inédite n’a été faite pour l’heure par le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, en visite en Irak. Il a répété ce 17 octobre, lors d’une conférence de presse, ce qu’il avait dit les jours précédents :« Paris cherche à trouver une solution avec Bagdad pour mettre en place un dispositif afin de juger ces combattants. »

Peine de mort

Le ministre des Affaires étrangères irakien, Mohammed Ali al-Hakim, a pour sa part affirmé que Bagdad souhaitait au moins rapatrier l’ensemble des Irakiens en Syrie pour les juger sur son territoire.

La question est donc de savoir si les autres étrangers, dont les Français, pourraient faire partie de ces transferts et à quelles conditions. Car faire juger ces ressortissants en Irak, sous la législation actuelle irakienne, serait contraire aux engagements internationaux de la France, dans la mesure notamment où l’Irak applique la peine de mort.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment