Mauvaise gouvernance et délinquance financière : L’opposition malienne marque des points

Lors de sa séance extraordinaire du samedi dernier, l’Assemblée Nationale a fait droit à la demande du chef de file de l’opposition concernant la création d’une commission spéciale d’enquête sur l’affaire dite des avions cloués au sol. Cette commission a été mise sur pied le lundi dernier avec des députés de l’opposition comme président et Rapporteur.

Cette commission spéciale a un mandat de deux mois et se charge de mener des enquêtes approfondies sur l’affaire dite des avions cloués au sol. Elle est composée de 15 membres dont 5 du RPM, 3 de l’APM, 1 de l’Adema, 1 de l’Asma, 2 de VRD (opposition), 1 de Renouveau et 1 parmi les non-inscrits.

Ce n’est pas la première fois que l’opposition malienne réclame la mise en place d’une commission parlementaire d’enquête surtout sur des dossiers de mauvaise gouvernance. Mais, c’est la première fois qu’elle obtient gain de cause, suite à des récriminations populaires dans cette affaire qui sent des surfacturations par rapport à l’achat d’avions et hélicoptères militaires pour l’Armée de l’air. Cette affaire qui sent les magouilles et les malversations devraient concerner des cadres indélicats probablement du ministère de la Défense, de l’Armée et de certaines administrations.

La constitution de cette équipe est, en soi, une éclatante victoire de l’opposition malienne et, en particulier de son chef de file, l’honorable Soumaïla Cissé qui, dans une lettre en date du 26 août 2019, avait écrit à l’Assemblée nationale pour exiger l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ce marché sulfureux d’achat d’avions militaires. Il soupçonne des plus hauts-responsables de l’État d’avoir passé des contrats de gré à gré avec probables pots-de-vin et autres bakchich sur le dos du peuple malien. Selon lui, cette affaire dans un contexte de guerre constitue un acte assimilable à de la haute trahison de la part du Chef suprême des armées, susceptible d’ouvrir la voie à sa mise en accusation.

Pour le chef de file de l’opposition, ce marché d’achat d’avions militaires cache mal d’autres casseroles de plusieurs dizaines de milliards de FCFA que traînent les autorités nationales, à cela, on peut également ajouter le dossier de l’avion présidentiel, des équipements militaires et celui du renforcement des capacités des FAMA. Dossiers pour lesquels l’association BIPREM vient de porter plainte contre l’ex-Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga (alors ministre de la Défense), l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, le Secrétaire général de la présidence, Moustapha Ben Barka et d’autres responsables mêlés au dossier.

Par ces plaintes et dénonciations, l’opposition malienne joue de façon républicaine et démocratique son rôle de veille et de sentinelle et marque de façon évidente des points aux yeux de l’opinion. Ce qui pourra l’aider dans ses batailles électorales futures.

Boubou SIDIBE

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment