Crash évité d’un avion d’Ethiopian Airlines en provenance de l’AIBD : Témoignage exclusif d’un passager

Grave incident à bord d’un vol d’Ethiopian Airlines en destination d’Addis-Abeba via Bamako ce matin, à l’Aéroport International Blaise Diagne. Le moteur droit de l’avion a connu des défaillances au décollage à l’aéroport. Le Pilote a dû faire demi-tour pour atterrir d’urgence. Les passagers et l’équipage ont été évacués saints et saufs. Témoignage d’un passager qui a vécu la terreur et qui croyait vivre les derniers moments de sa vie.

Cheikh Fall™

@cypher007

Crash du vol de @flyethiopian évité de justesse ce matin à . Source: @falpap passager à bord.
Problème récurrent sur cet appareil Boeing 767-300 de la compagnie Éthiopienne assurant Dakar-Bamako-Addis-Abeba 🛬. Le 18 août j’ai vécu pareil au décollage d’Addis-Abeba

Voir l'image sur Twitter
67 personnes parlent à ce sujet

« Nous venons d’échapper quasiment à un crash à l’AIBD de Dias à bord d’un vol Ethiopian Airlines qui partait sur Bamako et Addis-Abeba. Dès l’entame des formalités d’embarquement à l’intérieur, moi-même j’étais surpris par la qualité de l’avion et j’ai interpellé les stewards à ce niveau. Je leur ai dit : j’ai vu plusieurs appareils de Ethiopian mais c’est la première fois que je vois un avion de si piètre qualité. Déjà, c’était impossible de mettre des bagages, quand on s’assied au siège, ça bascule. C’était vraiment du n’importe quoi.

Dès les premières heures du décollage, on a senti qu’il y avait un problème. On a entendu un bruit comme une explosion de la climatisation intérieure. Le Pilote a continué la montée pour certainement entamer des formalités pour atterrir parce qu’il y avait vraiment un problème technique. Il faut noter qu’il y a un dysfonctionnement majeur de la part d’Ethiopian et aussi un dysfonctionnement par rapport à la communication avec l’aéroport.

Ensuite, le pilote a fait ses manœuvres. On a survolé la cimenterie de Pout, on est revenu. Il a fait plusieurs fois le tour de contrôle et là il a commencé à paniquer. On le sentait dans sa voix. Puisque les haut-parleurs étaient ON. Nous, pendant ce temps, comme on est croyant, on s’est confié aux mains de Dieu et heureusement on a pu atterrir. Dés l’atterrissage, il a demandé que l’équipe d’intervention d’incendie se mette en place. Là également, il y avait des difficultés, les images des passagers vont parler d’elles-mêmes », raconte ce passager sur Sud fm.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment