La Cour suprême américaine se saisit du dossier sensible de l’avortement

La Cour suprême américaine va se pencher sur la question de l’avortement. La plus haute instance judiciaire du pays a annoncé ce vendredi 4 octobre qu’elle avait accepté d’examiner une loi de Louisiane qui restreint l’accès à l’interruption volontaire de grossesse. Les partisans du choix des femmes à décider du sort de leur grossesse sont inquiets.

La loi votée en 2014 en Louisiane impose aux médecins qui pratiquent l’avortement d’exercer dans un hôpital situé à moins de cinquante kilomètres du lieu de l’opération.

Après des années de procédure, le texte avait été bloqué in extremis par la Cour suprême, qui doit maintenant se prononcer sur le fond. Une dizaine d’États, notamment dans le sud du pays, ont adopté des législations qui restreignent l’accès à l’avortement, parfois de manière drastique.

Les opposants à l’IVG ne l’ont pas caché : leur objectif est d’obtenir la révision par la Cour suprême de sa décision de 1973 qui a autorisé l’avortement au niveau fédéral.

« L’accès à l’avortement ne tient qu’à un fil dans ce pays », a estimé Alexis McGill, la présidente du planning familial, avant d’ajouter : « cette fois la Cour suprême pourrait bien le casser ».

Donald Trump a nommé deux juges conservateurs au sein de la plus haute instance judiciaire du pays, et leur avis sera déterminant dans ce dossier ultra-sensible. La décision de la Cour est attendue au printemps, en pleine période électorale.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment