Une nouvelle étude prédit un réchauffement climatique plus fort que prévu

Selon des simulations élaborées par Météo-France, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et le CNRS, les températures pourraient augmenter de 7 degrés d’ici 2100 si rien n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Jamais prédiction climatique n’avait été aussi précise, jamais l’ampleur de la tâche qui nous reste à accomplir pour éviter le pire n’est apparue aussi conséquente. Météo-France, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et le CNRS ont effet détaché une centaine d’experts de tous les domaines des sciences climatiques pour modéliser ce que le climat nous réserve jusqu’en 2100.

Pour cela, ils ont affiné leurs modèles et fait tourner les supercalculateurs jours et nuits durant une année. Le résultat est une somme de 20 pétaoctets de données, décrivant huit scénarios possibles, sur plusieurs zones géographiques. Parmi ces trajectoires possibles, il y a celle qualifiée de business as usual : si aucune action concrète de limitation des émissions de gaz à effet de serre n’est mise en œuvre, couplée avec un développement économique comparable à aujourd’hui, le réchauffement planétaire pourrait augmenter de 7 degrés par rapport à l’ère pré-industrielle.

Un seul scénario conforme aux engagements de l’Accord de Paris

Notre planète a déjà connu des épisodes de réchauffement, comme à la fin de l’ère glaciaire. Elle avait alors gagné quatre degrés, mais cela avait pris 10 000 ans. Une évolution comme celle décrite dans ce rapport aurait donc des conséquences bien plus désastreuses. Les épisodes de canicule que l’on qualifie d’« extrêmes » aujourd’hui seront la norme en 2070. La banquise Arctique n’existera plus en été, le pourtour méditerranéen s’asséchera, les précipitations seront bien plus importantes dans les zones tropicales.

Des huit scénarios, un seul est conforme avec les engagements pris lors de la signature de l’Accord de Paris, à savoir un réchauffement limité à 1,5 degré. Mais cela demandera des efforts conséquents et une coopération internationale sans faille. Il faudra en effet commencer dès maintenant à réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre et parvenir à une neutralité carbone mondiale d’ici à 2060.

Une étude plus pessimiste que les précédentes

Cette nouvelle étude est plus pessimiste que les précédentes. Ces dernières remontent en effet à 2012, et les modèles ont été améliorés depuis. Ils permettent ainsi de mieux simuler la réponse climatique à un excès de CO2 dans l’atmosphère et les conséquences qui en découlent : un monde plus chaud est par exemple plus humide et la vapeur d’eau agit elle aussi comme gaz à effet de serre. Ces mécanismes sont ainsi mieux compris qu’auparavant et leur meilleure intégration dans les modèles permet d’obtenir ces résultats.

Tout ce travail, ainsi que celui fournit par une centaine d’autres centres dans le monde va alimenter grandement le prochain rapport d’évaluation du GIEC. Son premier volet sera publié en 2021. D’ici là, toutes ces données sont accès libre et gratuit pour que la communauté puisse les analyser et les revoir, afin d’améliorer encore plus leur précision.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment