Hong Kong: combattre la fatigue, l’autre défi des manifestants

À Hong Kong, trois mois jour pour jour après la première manifestation monstre du 9 juin qui avait rassemblé environ 1 million de personnes pour demander le retrait d’un projet de loi facilitant l’extradition notamment vers la Chine, le projet de loi est bel et bien retiré. Pourtant, le calme n’est pas revenu, les manifestants poursuivent leurs actions même si la fatigue commence sérieusement à gagner les rangs après trois mois de mobilisation.

Un nouveau dimanche dans la rue pour les Hongkongais. Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant le consulat américain de la région administrative spéciale. Une nouvelle marche après 14 semaines de mobilisation et, pour certains, un été entier à manifester.

La manifestation est terminée depuis longtemps, mais la confrontation se poursuit entre quelques dizaines de manifestants et les forces de l’ordre ce dimanche soir à Causeway bay. Sur les avenues du shopping, les boutiques des centres commerciaux ont les rideaux tirés. Minuit, l’heure de cendrillon approche, les hauts parleurs de la police perdent patience : « Dispersez-vous, rentrez à la maison… » Dans la lumière des écrans géants, des badauds en manque d’action, des journalistes aux gilets jaunes phosphorescent et les street medic, les volontaires du service médial comme Erik qui lui aussi vient de demander à un manifestant de rentrer. « Nous avons vu à son visage qu’il était fatigué. A cela s’ajoute des blessures superficielles, alors on lui a dit de se reposer, de prendre du recul. Environ 40 % des manifestants aujourd’hui sont épuisés, cela en raison notamment des affrontements avec la police. »

57 % des Hongkongais n’ont pas assez dormi cet été

Après trois mois de contestation, des traces de fatigue dans les cortèges apparaissent. Les manifestations à répétition, les protestataires qui jouent les prolongations parfois jusque parfois tard dans la nuit. Selon un sondage récent, 57 % des Hongkongais n’ont pas assez dormi cet été. C’est le cas de Chen, croisé ce dimanche devant le consulat américain de Hongkong. « Nous demandons le soutien du gouvernement américain, car nous ne pourrons pas arriver seuls à nos objectifs. Aujourd’hui beaucoup d’entre nous sont épuisés. Tous les week-ends nous devons sortir pour protester. La plupart des Hongkongais sont fatigués, ce qui ne nous empêchera pas de continuer jusqu’à ce que nous obtenions ce que nous voulons. »

Fatigue, frustrations et au final des incidents. Sur le parcours de la marche de dimanche, les manifestants ont mis le feu à l’entrée d’une station de métro, quatre stations ont été partiellement vandalisées.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment